Près de 400'000 pauvres en Suisse
Actualisé

Près de 400'000 pauvres en Suisse

En 2006, le taux de pauvreté des 20-59 se situait à 9% et le taux de «working poor» à 4,5%, selon les chiffres publiés mardi par l'Office fédéral de la statistique (OFS). Les chiffres sont stables depuis 2000.

Quelque 9% des personnes âgées de 20 à 59 ans entraient en 2006 dans la catégorie des personnes jugées pauvres, contre 9,1% en 2000. Selon l'étude de l'OFS, le taux de personnes qui travaillent sans pouvoir échapper à la pauvreté (working poor) a légèrement régressé durant la période sous revue, passant de 5% à 4,5%.

Durant la première moitié de la décennie, le taux de pauvreté a oscillé entre 7,2% et 9,1%. Celui des working poor entre 3,9% et 5,0%. Selon l'OFS, le taux de pauvreté évalué à 9% en 2006 représente 380 000 personnes âgées de 20 à 59 ans. Pour les working poor, le taux de 4,5% représente 133 000 personnes actives.

Les working poor représentent ainsi 35% des pauvres dans la tranche d'âge allant de 20 à 59 ans. Les catégories de personnes les plus exposées sont les ménages monoparentaux, les familles nombreuses, les jeunes parents en général, les travailleurs non qualifiés ou d'origine étrangère, les indépendants sans employés.

Niveau de formation

Les actifs occupés qui ont achevé seulement la scolarité obligatoire ont un taux de working poor (11,4%) deux fois et demie plus élevé que la moyenne. Les personnes détentrices d'un CFC se situent dans la moyenne (4,2%), alors que les universitaires restent nettement en-dessous de celle-ci (1,6%).

L'hôtellerie et la restauration, ainsi que le travail effectué pour des ménages privés, sont les secteurs d'activité les plus exposés à la situation de working poor. En outre, selon l'OFS, le risque d'être working poor est plus élevé chez les hommes, en particulier en l'absence de salaire d'appoint dans le ménage.

Définitions

Le statut de working poor caractérise toute personne dont le revenu du travail ne suffit pas à couvrir les besoins du ménage où ils vivent. La définition de l'OFS retient comme working poor les membres d'un ménage ne parvenant pas à nouer les deux bouts tout en effectuant au total l'équivalent d'un emploi à plein temps.

La pauvreté est définie par le seuil de revenu en-dessous duquel la participation à la vie sociale devient problématique. Ce seuil est estimé à 2200 francs pour une personne seule, 3800 francs pour un ménage monoparental à deux enfants, 3550 francs pour un couple sans enfant et 4600 francs pour un couple avec deux enfants.

Aide sociale

Les niveaux de seuil mentionnés par l'OFS expriment le revenu en- dessous duquel une aide sociale est nécessaire. Dans l'attribution des subsides, les cantons divergent toutefois dans l'appréciation de l'effet de seuil rendant le travail rémunéré moins avantageux que le maintien à l'aide sociale. (ats)

Ton opinion