Actualisé 19.12.2012 à 11:14

Berne

Près de 50'000 écoliers de plus d'ici à 2021

D'ici à dix ans, la Suisse devra faire face à une véritable explosion du nombre d'élèves. Les associations d'enseignants craignent des classes beaucoup trop grandes et tirent la sonnette d'alarme.

de
Janko Skorup/Olivia Fuchs
La pénurie d'enseignants se fait particulièrement ressentir dans les cantons de Vaud, de Zurich et de Bâle-Ville.

La pénurie d'enseignants se fait particulièrement ressentir dans les cantons de Vaud, de Zurich et de Bâle-Ville.

Selon les récents chiffres de l'Office fédéral de la statistique (OFS), les écoles primaires compteront 50'000 enfants de plus d'ici à 2021. Cette tendance est d'autant plus étonnante que le nombre d'écoliers n'avait cessé de baisser depuis 1999. La raison de cet inversement: le taux de naissance. Alors qu'en 2003 72'000 enfants sont venus au monde, ils étaient environ 81'000 en 2011. «Cela a un grand effet à retardement sur le nombre d'écoliers», affirme Jacques Babel, de l'OFS.

Des experts tirent désormais la sonnette d'alarme. Ils rappellent qu'aujourd'hui déjà de nombreux cantons souffrent d'une pénurie d'enseignants. La situation est particulièrement tendue dans les cantons de Vaud, de Zurich et de Bâle-Ville. Dans neuf ans, on s'attend à une augmentation de 25% des écoliers. «Bâle-Ville essaie désespérément d'engager du personnel», confirme Beat Siegenthaler, président de l'Association des enseignants bâlois.

La présidente de l'Association des enseignants zurichois, Lilo Lätzsch, craint des classes de plus de 25 écoliers. Pour éviter cela, elle voudrait rendre la profession plus attrayante en augmentant les salaires, par exemple.

Interview de Beat Zemp, président de l'organisation faîtière des enseignants suisses

Beat Zemp, d'ici 2021 on s'attend à accueillir 50'000 écoliers en plus. Où allons-nous les caser?

Je voudrais tout d'abord mettre quelque chose au clair: je suis contre la formation de classes encore plus grandes. Il nous faut une relève, il nous manque 30'000 enseignants. Un grand nombre partent à la retraite. Avec l'augmentation des écoliers, il nous faudrait encore 3000 enseignants supplémentaires.

Et comment trouver ces enseignants?

Les Hautes écoles pédagogiques nous communiquent des taux d'inscriptions encourageants, mais ça ne suffit pas.

Que se passe-t-il si la Suisse ne parvient pas à trouver plus d'enseignants?

Nous avons élaboré un plan d'urgence si la situation devient trop dramatique: réduire les heures d'enseignements, engager du personnel partiellement formé et remplir les classes au maximum. Cette dernière option aurait des conséquences sur la qualité de l'enseignement.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!