G20: Près de 600 arrestations au total
Actualisé

G20Près de 600 arrestations au total

La police canadienne a procédé à près de 600 interpellations en marge de la manifestation plutôt pacifique des anti-G20 qui a attiré plusieurs milliers de personnes samedi à Toronto.

Une nouvelle vague de manifestations a commencé dimanche à Toronto en marge de la réunion des dirigeants des pays du G20, a indiqué un porte-parole de la police, précisant que le nombre d'interpellations avait atteint 584 personnes depuis les violences perpétrées la veille. Les camarades des personnes interpellées se sont réunis dimanche devant un centre de détention provisoire aménagé dans un studio de cinéma, un deuxième rassemblement pacifique a lieu dans un parc, et d'autres sont attendus, a dit à l'AFP le sergent Tim Burrows.

Un groupe de policiers est entré sur le campus de l'Université de Toronto. Plusieurs manifestants présumés y ont été arrêtés et des objets pouvant servir d'armes dans les batailles de rue ont été découverts.

Cependant, selon le sergent Burrows, «la situation dans la ville retourne lentement à la normale».

La veille, quelques centaines de jeunes radicaux agissant en marge d'une importante manifestation autorisée des opposants au G20 et constituée notamment de syndicalistes et d'écologistes, ont semé la violence dans le centre de Toronto.

De nombreux manifestants ont d'ores et déjà été inculpés, a ajouté Gillian Van Acker, porte-parole de l'Equipe intégrée de sécurité, sans être en mesure de citer un chiffre précis.

Des anarchistes vêtus de noir, protestant violemment contre la tenue du sommet du G20 à Toronto, ont endommagé des devantures de magasins de la capitale financière du Canada ainsi que plusieurs voitures de police. Deux cars appartenant à des médias couvrant l'événement ont été également endommagés.

En début de soirée le samedi, les unités anti-émeutes sont intervenues sans ménagement pour disperser les derniers manifestants éparpillés dans le parc de la Reine.

Un journaliste de Reuters a assisté à des charges des forces de l'ordre dans les rangs des manifestants, dont certains ont été emmenés de force. Les policiers ont aussi utilisé des balles en caoutchouc.

La police montée patrouillait également autour du parc, point de rassemblement des manifestants six heures plus tôt.

«Nous n'avions jamais vu un tel niveau de criminalité gratuite, de vandalisme et de destruction dans nos rues», a dit le chef de la police de Toronto Bill Blair lors d'une conférence de presse organisée dans la soirée.

La manifestation avait débuté dans le calme en début d'après- midi. Mais la situation s'est tendue aux abords du périmètre de sécurité établie autour du centre de conférence où se tient le sommet du G20, protégé par une barrière de sécurité haute de dix mètres.

(ats/afp)

Ton opinion