Actualisé 03.05.2016 à 10:37

GenèvePrès de 70'000 foyers touchés par le black-out

Le courant a lâché vers 8h15 ce matin, en ville mais aussi en campagne. Des dizaines de milliers de clients des SIG ont été touchés.

von
dra/leo
Une panne d'électricité a touché Genève ce lundi matin 2 mai 2016. Les feux de signalisation étaient également en rade.

Une panne d'électricité a touché Genève ce lundi matin 2 mai 2016. Les feux de signalisation étaient également en rade.

photo: Leser-Reporter/Seder

Tout s'est éteint à 8h17: la lumière dans les bureaux et chez les particuliers, les feux de signalisation sur les routes. Plusieurs véhicules des TPG ont également été contraints à l'arrêt. La panne a touché quelque 68'000 clients des Services industriels de Genève.

«Un poste sous haute tension a sauté à la Jonction, indiquent les SIG. Nous ne connaissons pas pour l'heure les causes de cet incident.» Le courant a été rétabli progressivement et, avant 9h, l'électricité était de nouveau revenue, selon la régie. Celle-ci ne signale de son côté aucun incident majeur provoqué par la panne.

Quarante-trois interventions en 40 minutes

Le Service d'incendie et de secours de la Ville de Genève (SIS) a été mis à forte contribution, avec pas moins de 43 interventions en quarante minutes. Elles concernaient principalement des personnes coincées dans des ascenseurs et des alarmes automatiques, précise Nicolas Schumacher, commandant des SIS.

La police cantonale genevoise indique avoir reçu plusieurs appels de citoyens inquiets. Les forces de l'ordre sont intervenues à quatorze reprises au total. Il s'agissait essentiellement de départs d'alarmes qui se sont révélées fausses. Il n'y pas eu de blessés.

Trams à l'arrêt

Toutes les lignes de trams des Transports publics genevois (TPG) ont été affectées, entraînant des retards. Les rames sont restées à l'arrêt pendant une quarantaine de minutes, de 8h18 à 8h52, indique l'entreprise publique autonome. Les trolleybus, eux, ont pu continuer à fonctionner normalement grâce à leur groupe moteur auxiliaire, à l'exception de quelques véhicules.

Sur les routes, l'arrêt des feux de signalisation a surtout touché les piétons, qui avaient du mal à traverser les grandes artères, comme le confirme la Direction générale des transports (DGT). Après la résolution de la panne, les feux de huit carrefours ne sont pas repartis. Quatre d'entre eux ont pu être remis en marche depuis le poste de régulation de la DGT, mais une intervention sur place a été nécessaire pour faire fonctionner les quatre derniers. A 10h25, tout était rentré dans l'ordre, précise la DGT.

Du côté de la gare de Cornavin, l'information aux passagers a été perturbée, précisent les CFF. Les tableaux d'affichage électronique, ainsi que les hauts-parleurs, ont été coupés. Dans la galerie marchande, aucun problème n'a été signalé, l'éclairage de secours s'étant déclenché dans les commerces. Le trafic ferroviaire n'a pas été touché par la panne.

Internet coupé

Le réseau de Swisscom a été touché, notamment au niveau de l'Internet. Le dérangement a duré environ 30 minutes, indique l'opérateur téléphonique. Celui-ci n'était pas en mesure de chiffrer le nombre de clients concernés.

L'Hôpital cantonal, lui, n'a pas subi d'impact, grâce aux groupes électrogènes autonomes qui prennent le relais en cas de coupure de courant. Dans les zones sensibles telles que les salles d'opération, un système de batteries permet d'éviter une panne en tout temps. Seuls quelques petits désagréments, notamment au niveau du fonctionnement des téléphones, ont été relevés, indiquent les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Certains magasins ont été légèrement impactés: quelques enseignes de Migros ont dû fermer leurs portes pendant quelques minutes, tandis que Manor n'a constaté que quelques désagréments mineurs, dont l'impossibilité de payer par carte pendant une heure et des problèmes de téléphone. Aucun incident majeur n'a été relevé chez Globus, ni dans les magasins Coop.

A l'Université, les cours n'ont pas été perturbés plus que quelques minutes dans certains bâtiments, le temps que le groupe électrogène de secours prenne le relais. Mis à part une personne coincé dans un ascenseur une dizaines de minutes, aucun étudiant n'ont été touchés.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!