Suisse – Près de 80% des adultes auront bientôt des anticorps du Covid-19

Publié

SuissePrès de 80% des adultes auront bientôt des anticorps du Covid-19

Vaccinés ou guéris: de récentes évaluations montrent que l’immunisation de la population a bien progressé.

par
ofu
iStockphoto

On ne cesse de nous le répéter depuis plusieurs semaines: «En Suisse, seule la moitié de la population est vaccinée contre le coronavirus.» Or selon la «Schweiz am Wochenende», cette phrase devrait être relativisée. Le journal rappelle que le taux de vaccination est désormais plus élevé. Il souligne par ailleurs que les guéris doivent également être pris en compte lorsqu’on parle d’immunité.

Selon des calculs du journal alémanique, la contamination, en partie contrôlée, de la population helvétique est bien plus avancée que ce que l’on croyait. Le média s’est basé sur des données de Corona Immunitas, un programme de recherche de l’Uni de Zurich qui étudie la propagation et l’impact de la pandémie en Suisse. Et selon celles-ci, la prévalence sérologique a fortement augmenté depuis juin de cette année. Cette prévalence sérologique permet de déterminer la part de citoyens avec des anticorps. Milo Puhan, de l’Uni de Zurich, affirme: «Si l’on prend en compte toute la Suisse, on aura bientôt une prévalence sérologique de 75 à 80%.»

Trop tôt pour lever toutes les mesures

Actuellement, 64% de la population (enfants pas admis à la vaccination compris) a reçu au moins une dose. À ces 5,5 millions de personnes s’ajoutent environ 2 millions de personnes guéries, qui ont ou avaient des anticorps. L’épidémiologiste Marcel Tanner affirme: «D’un point de vue des anticorps, la situation en Suisse est très réjouissante.» Il relativise cependant: «Les personnes qui présentent des anticorps dans leur sang ne sont pas toutes protégées de la même manière.» Il rappelle que les vaccinés sont mieux protégés que les guéris. Raison pour laquelle la Suisse ne souhaite pas (encore) lever toutes les mesures comme cela a récemment été le cas au Danemark, par exemple.

Vendredi, lors de sa conférence de presse, Alain Berset a lui aussi estimé qu’il était trop tôt pour mettre un terme à toutes les mesures. Selon le conseiller fédéral, le taux de vaccination est toujours trop bas. «Deux millions de personnes ne sont pas encore immunisées. C’est trop pour éviter une nouvelle vague d’infections», a affirmé le ministre de la Santé.

Ton opinion

129 commentaires