Actualisé 09.07.2020 à 13:33

Suisse

Près de deux fois moins de chômage partiel que prévu

Le chômage partiel effectif en mars a finalement été bien moins élevé que les demandes ne le laissaient craindre, a annoncé jeudi le SECO. Pour la Confédération, cela représente une dépense d'un milliard de francs de moins.

Le SECO affiche un «optimisme prudent» pour les prochains mois.

Le SECO affiche un «optimisme prudent» pour les prochains mois.

KEYSTONE

Des demandes de chômage partiel avaient été déposées pour 1,6 million d'employés en mars dernier. Mais à la lumière des chiffres qui viennent de tomber, seuls finalement 880'000 en ont effectivement bénéficié, a indiqué lors du point de presse des experts Oliver Schärle, directeur du marché du travail et de l'assurance chômage au Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). Pour la Confédération, cela représente une dépense d'un milliard de francs de moins.

Sur cette base, M.Schärle a exprimé un «optimisme prudent» pour les prochains mois. Par comparaison, lors de la crise financière en 2009, 1,1 milliard de francs avaient été versés à ce titre sur l'ensemble de l'année.

Dans la foulée, M.Schärle a commenté les chiffres du chômage en juin rendus publics la veille. En chiffres absolus, le nombre de chômeurs inscrits a atteint 150'289 personnes, une baisse de 5709 personnes (-3,7%) sur un mois mais une avancée de 53'067 personnes (+54,6%) sur un an.

Trois raisons expliquent cette situation: toujours plus d'entreprises sont en voie de normalisation, nombre d'entre elles sont solides et le chômage partiel a pleinement joué son rôle.

(ATS)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
13 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

le chomage

10.07.2020 à 18:13

existe tout comme la soupe aux ortilles

Volvov70

10.07.2020 à 12:06

Ne vous réjouissez pas trop vite, c’est que le début, on verra cet automne....

Gigantor

10.07.2020 à 09:21

Mars? Avril, Mai et Juin sont déjà terminés... Ce n'est même pas à la mi-Mars que le confinement a été ordonné, mais qu'est-ce qu'on s'en tape de deux semaines de panique où les employeurs essayaient encore de comprendre ce qui allait leur arriver. S'il n'a rien à dire sur Avril autant ne rien dire. Typiquement fonctionnaire: bureaucratie, lenteur et sans pertinence qui ne seraient pas excusées chez n'importe quel citoyen.