Actualisé 22.04.2007 à 17:36

Présidentielle: Vers une participation record sous la Ve République

PARIS - On l'annonçait forte, ce sera sans doute un record: la participation au premier tour de l'élection présidentielle s'acheminait dimanche vers un taux de 84% à 87%.

Selon les projections des instituts de sondage Ifop, TNS Sofres, CSA et Ipsos en début de soirée, seuls 13% à 16% des électeurs devraient s'être abstenus. Si ces chiffres se confirmaient, ils frôleraient voire atteindraient les records atteints sous la Ve République au premier tour de la présidentielle.

Le record a été atteint en 1965, date il est vrai de la première présidentielle au suffrage universel, avec une participation au premier tour de 84,7%. C'est la présidentielle de 1974 qui détient la médaille d'argent avec 84,2% de participation. A partir de 1988, la participation n'a ensuite fait que décliner au premier tour, pour atteindre son plus bas étiage en 2002 (71,6% sur la France entière).

Dès dimanche midi, la tendance s'était clairement dessinée. Le taux de participation en métropole s'élevait dans les bureaux de vote à 31,21%, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur. Soit presque dix points au-dessus de 2002 à la même heure. Il s'agit du plus haut niveau enregistré à la mi-journée depuis 1981.

Cette tendance haute s'est confirmée à 17h, malgré un soleil radieux. Le taux de participation atteignait 73,87% en métropole, soit plus que le total définitif du premier tour en 2002 et 15 points au-dessus de la participation à la même heure à cette date.

Une venue en masse des électeurs dans l'isoloir qui peut s'expliquer par le renouvellement qui caractérise cette course à l'Elysée. Aucun candidat ayant une chance de l'emporter n'a été président de la République ou Premier ministre. Ils incarnent également une nouvelle génération, puisque Nicolas Sarkozy a 52 ans, Ségolène Royal 53 ans et François Bayrou 55 ans.

Surtout, le souvenir cuisant de la précédente présidentielle de 2002, où le candidat socialiste Lionel Jospin avait été éliminé dès le premier tour par le candidat du Front national Jean-Marie Le Pen, a probablement joué à plein. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!