Actualisé 22.04.2007 à 18:54

Présidentielles: Volonté de débat entre «deux projets de société»

PARIS - Les Français se sont exprimés avec «clarté» lors du premier tour de la présidentielle dimanche, a estimé Nicolas Sarkozy.

Ils ont «marqué leur volonté d'aller au bout du débat entre deux projets de société», a ajouté le candidat de droite.

Dans sa première déclaration de la soirée, devant ses partisans réunis à Paris, M. Sarkozy a déclaré vouloir «rassembler le peuple français autour d'un nouveau rêve français». «Je veux m'adresser à tous les Français», a-t-il ajouté. «Je veux dire à tous les Français que je veux les protéger».

«Je veux dire à Mme Royal que je la respecte et que je respecte ses convictions. Je souhaite que le débat de second tour soit véritablement un débat d'idées», a-t-il dit. «En me plaçant en tête et en plaçant Mme Royal en deuxième position, ils (les Français) ont marqué clairement leur souhait d'aller au bout du débat entre deux idéee de la nation, deux projets de société, deux systèmes de valeurs, deux conceptions de la politique», a-t-il affirmé.

Union sur le «changement»

Le premier secrétaire du Parti socialiste François Hollande a lui aussi estimé que le vote de dimanche a permis «d'ouvrir un choix de société entre le candidat de la majorité sortante et la candidate du changement».

L'obstacle du premier tour passé, il faut «faire en sorte que tous ceux qui n'ont pas voté pour le candidat de la majorité sortante se retrouvent sur le changement et les propositions de Ségolène Royal», a-t-il ajouté.

Le Pen s'est «trompé»

De son côté, Jean-Marie Le Pen a dit s'être «trompé» sur le mécontentement des Français. «J'ai dû faire une erreur d'appréciation, je croyais que les Français étaient assez mécontents (...) eh bien ! Je m'étais trompé», a-t-il lancé sur TF1.

«Les Français sont très contents, la preuve, c'est qu'ils viennent de réélire très confortablement, et même un peu plus, les partis au pouvoir», a-t-il ajouté. «Je crains que cette euphorie ne dure pas très longtemps». Il a précisé qu'un appel à voter au second tour pour M. Sarkozy n'était pas «pour l'instant» à l'ordre du jour.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!