Suisse: Presque tous les ados possèdent un smartphone
Actualisé

SuissePresque tous les ados possèdent un smartphone

La quasi-totalité des jeunes de 12 à 19 ans détiennent désormais un téléphone intelligent.

Depuis 2010, leur nombre a doublé en Suisse, passant de la moitié d'entre eux à 97%. Ils utilisent leur appareil pour surfer sur Internet, se brancher sur les réseaux sociaux et écouter de la musique avant tout. Ils téléphonent de moins en moins.

Menée en mai et juin derniers pour la troisième fois par la Haute école des sciences appliquées de Zurich (ZHAW) et Swisscom auprès de classes d'école, l'étude biennale JAMES sur l'utilisation des médias par les adolescents se base sur les réponses de plus de 1000 jeunes de 12 à 19 ans de Suisse alémanique, romande et italienne. Ses résultats ont été présentés jeudi à Bâle.

Ces deux dernières années, la proportion de jeunes détenteurs de smartphone est passée de 79 à 97%, révèlent les chercheurs. En 2010, ils étaient encore à peine une moitié à en posséder un.

Internet, musique, jeux et caméra

De plus en plus illimité, l'accès à Internet compris dans les forfaits des opérateurs n'est pas sans influence sur les habitudes de consommation: l'utilisation du smartphone par les adolescents pour surfer en ligne a augmenté de manière exponentielle.

Ils n'étaient que 16% à aller sur Internet avec leur téléphone portable en 2010, contre 87% aujourd'hui (68% en 2012). A titre de comparaison, son utilisation pour téléphoner a reculé à 71% (80% en 2010). Une activité qui est désormais aussi devancée par l'écoute de la musique (88%) sur smartphone, filles en tête. Les garçons préfèrent, eux, l'utiliser pour des jeux vidéos ou pour filmer.

Les adolescents ne passent en revanche pas davantage de temps sur Internet qu'il y a quatre ans. Cette durée moyenne se maintient à deux heures par jour en semaine et trois heures par jour le week-end.

Instagram chez les 12-13 ans

La communication sur les réseaux sociaux fait partie des activités en ligne principales des jeunes de 12 à 19 ans. Trois adolescents sur quatre échangent régulièrement de cette manière. 89% d'entre eux possèdent un compte sur au moins un réseau social. Facebook reste le plus populaire, suivi de près par la plate-forme de photos et vidéos Instagram, Google et Twitter.

«La diminution supposée du nombre de membres de Facebook dans divers pays n'est pas constatée chez les jeunes Suisses», observe Daniel Süss, professeur de psychologie appliquée à la ZHAW et co-directeur de l'étude. Chez les plus jeunes (12 à 13 ans) toutefois, Instagram (82%) est nettement plus prisé que Facebook (59%).

Harcèlement en ligne

Autre constat, les jeunes surfent de manière particulièrement sécurisée sur les réseaux sociaux. 81% d'entre eux affirment avoir activé le paramètre de confidentialité sur leur profil et 56% l'actualisent régulièrement.

Pourtant, leurs expériences négatives sur le réseau ont augmenté: 22% d'entre eux y sont victimes d'une personne voulant leur régler leur compte (17% en 2012), 12% s'y font harceler (3% en 2012) et un(e) jeune sur cinq a reçu des invitations indésirables à caractère sexuel.

Images violentes ou pornos

Plus de la moitié des élèves interrogés, garçons en tête, ont indiqué avoir regardé des vidéos violentes sur leur smartphone ou leur ordinateur. 12% ont envoyé de telles vidéos. 9% ont précisé avoir déjà filmé une scène de bagarre fictive. 6% des élèves ont affirmé avoir filmé une bagarre réelle.

Les vidéos pornographiques ou érotiques recueillent 43% d'amateurs parmi les élèves - des garçons avant tout. 8% des jeunes interrogés ont indiqué avoir déjà envoyé des photos ou vidéos aguichantes d'eux-mêmes. Une pratique qui trouve également plus d'adeptes parmi les garçons.

Les amis d'abord

Malgré l'emprise des activités en ligne, l'importance des loisirs non médiatiques est restée stable chez les ados, selon l'étude. Voir ses amis reste en tête du classement des activités quotidiennes citées avec 79%, devant le repos et le farniente (60%) et une activité musicale (29%).

La lecture de journaux et de magazines sur papier poursuit sa dégringolade dans le quotidien des jeunes de 12 à 19 ans. Seuls 35% continuent à lire des journaux gratuits chaque jour ou plusieurs fois par semaine. Ils étaient encore 49% à le faire il y a deux ans. Près d'un tiers consulte régulièrement les sites d'informations en ligne, contre un quart en 2012. (ats)

Ton opinion