Levée des brevets pour les vaccins: la pression s'accentue à Genève
Publié

Négociations à GenèvePressions sur la Suisse et les pays riches pour lever les brevets des vaccins

Des discussions démarrent mardi à l’OMC à la demande des pays les moins favorisés pour la distribution des vaccins. À Berne, une pétition a été remise pour faire changer d’avis le Conseil fédéral.

par
Yannick Weber
Plus de 20’000 Suisses ont signé une pétition qui demande au Conseil fédéral de revoir sa position, lui qui refuse la levée des brevets. 

Plus de 20’000 Suisses ont signé une pétition qui demande au Conseil fédéral de revoir sa position, lui qui refuse la levée des brevets.

20min/Matthias Spicher

Des discussions à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève pourraient aboutir, mercredi, à une levée des brevets pour les vaccins anti-Covid. Une large coalition de pays en a fait la demande pour donner un accès aux vaccins plus aisé aux pays les moins riches, notamment en leur permettant de les produire directement chez eux. «Près de 90% des vaccins administrés dans le monde l’ont été dans les pays du G20, tandis que les pays les plus pauvres n’ont reçu que 0,3% des vaccins disponibles», relève Amnesty International.

Les positions bougent

Amnesty et Public Eye ont déposé mardi à Berne une pétition munie de plus de 20’000 signatures qui demandent à la Confédération de se ranger du côté des pro-levée des brevets. Le Conseil fédéral a toujours refusé, préférant participer au système international de redistribution des doses «Covax». La Suisse doit néanmoins participer aux négociations à l’OMC.

La planète est divisée. Quasiment tous les pays africains et la plupart des pays asiatiques (sauf les plus riches, Japon et Corée du Sud par exemple) soutiennent la demande initialement déposée par l’Afrique du Sud et l’Inde. À l’inverse, quasiment tous les pays les plus riches ont refusé, même si les positions commencent à bouger.

Nous d’abord, eux ensuite

Par exemple, les États-Unis ont opéré un spectaculaire retournement de veste, en se prononçant début mai en faveur d’une levée temporaire des brevets. À noter toutefois que la prise de position a été tardive et que le pays s’était bien assuré, d’abord, d’avoir eu accès à suffisamment de doses pour lui-même avant de se présenter au monde en apôtre du partage.

«Nous ne pouvons accepter que des personnes meurent chaque jour au nom d’égoïsmes nationaux et de l’intérêt de profits privés. Les États qui abritent les groupes pharmaceutiques détenteurs des brevets sur les vaccins doivent activement soutenir des mécanismes internationaux pour garantir la possibilité à tous les pays de protéger leur population», estime Pablo Cruchon, responsable de campagne à Amnesty International Suisse.

Une autre pétition, en ligne uniquement celle-ci et partagée à l’international via la plateforme Avaaz, a récolté plus de 2 millions de signatures, parmi lesquelles celles de nombreuses personnalités.

Ton opinion

67 commentaires