Suisse: Prêts à donner le cordon ombilical à des malades
Actualisé

SuissePrêts à donner le cordon ombilical à des malades

Le cordon ombilical pourrait sauver des vies, car le sang contient des cellules souches aux diverses vertus.

De nombreux parents en Suisse seraient d'accord de faire profiter des personnes gravement malades du sang du cordon ombilical après la naissance de leur enfant. Cela ressort d'une étude de l'Hôpital de l'Ile à Berne. Un nouveau modèle permettrait d'augmenter les dons.

Le sang de cordon ombilical, qui est riche en cellules souches hématopoïétiques ou cellules souches sanguines, a de précieuses vertus thérapeutiques pour soigner notamment la leucémie et d'autres maladies du sang. A l'avenir, sa demande va aller en augmentant car il pourrait soigner aussi le diabète de type 1 ou des maladies cardiaques.

En Suisse, deux systèmes coexistent. On peut d'une part faire don du cordon ombilical à des banques de conservation publiques. Les échantillons sont ensuite mis à disposition de tout patient qui en aurait besoin. Deuxième possibilité, les parents qui le souhaitent peuvent faire appel à des banques privées, qui, moyennant rémunération, conservent le cordon de leur enfant durant 20 ans.

Les banques publiques ont vu leur stock de sang de cordon ombilical augmenter. Le nombre d'unités est passé de 1173 en 2004 à 3800 actuellement. Comme le stockage coûte très cher, il ne pourra pas encore beaucoup s'étoffer. Dans le privé, les dépôts s'élèvent entre 3000 et 5000 par an, estime Daniel Surbeck, directeur adjoint du Département d'obstétrique et de gynécologie de l'hôpital.

Sauver une vie

Une solution hybride permettrait d'augmenter ce stockage. Les parents conserveraient le sang du cordon ombilical de leur enfant à leurs propres frais dans des banques privées et pourraient le mettre à disposition. Si un receveur en a besoin, les parents se verraient rembourser en contrepartie la somme de 3000 francs et auraient la satisfaction d'avoir sauvé une vie.

Selon l'enquête menée auprès de 170 parents ou femmes enceintes à l'hôpital de l'Ile, 85% des personnes interrogées soutiennent le prélèvement et le stockage de sang de cordon ombilical, note l'équipe de chercheurs dirigée par M. Surbeck dans le journal spécialisé «Transfusion». Sans modèle hybride, près de la moitié choisit le stockage privé pour leur propre enfant.

Quand on leur propose le modèle hybride, près de la moitié (49%) le choisit et plus que 13% ne souhaite garder le cordon que pour un usage privé. «Nous devons encourager les parents à s'informer et à aider avec un don les enfants malades et les adultes», a expliqué la chercheuse Anna-Margaretha Wagner.

(ats)

Ton opinion