Suisse: Prévenir une crise mondiale de l'eau douce

Actualisé

SuissePrévenir une crise mondiale de l'eau douce

Le directeur de la Direction du développement et de la coopération (DDC) a ouvert mercredi à Genève une consultation de deux jours destinée à discuter des objectifs à fixer à l'horizon 2025.

«La gestion durable des ressources en eau est un des défis majeurs du XXIe siècle», a affirmé le chef de la DDC. «Plus de la moitié de la population mondiale vivra dans un pays sous stress hydrique à l'horizon 2025», a souligné Martin Dahinden.

La réunion, à l'invitation de la Suisse, regroupe quelque 200 participants de 70 pays, et a pour but de préparer l'agenda post-2015 des Objectifs du Millénaire de l'ONU. Elle sera suivie d'une seconde conférence à La Haye le 22 mars.

Enormes défis

La Suisse joue un rôle de facilitateur, aux côtés des Pays-Bas, du Libéria et de la Jordanie, avec l'UNICEF, la CEE-ONU et UNWATER, a expliqué à la presse François Münger, chef du programme global eau de la DDC.

«La crise de l'eau est en marche et comporte d'énormes défis sociaux, économiques et environnementaux», a averti M. Dahinden, en exprimant sa conviction que l'eau doit jouer un rôle central dans l'agenda post-2015 de l'ONU.

«La Suisse s'engage pour des objectifs clairs», a-t-il déclaré. Les ressources en eau sont cruciales à la fois pour un développement durable, la réduction de la pauvreté, la sécurité alimentaire, la production de l'énergie, selon le directeur de la DDC.

Trois directions

François Münger a indiqué qu'il faut agir dans trois directions: l'accès à l'eau potable pour résoudre «le scandale» du milliard d'êtres humains qui en sont encore privés; la gestion des ressources, notamment dans l'agriculture (70% de la consommation) et le traitement des eaux usées (seulement 20% des pays traitent leurs eaux usées).

Il faut investir en priorité dans les infrastructures, a-t-il indiqué, pour réduire les fuites et les gaspillages aussi bien dans les systèmes d'irrigation que dans les villes.

La population humaine a triplé au XXe siècle et la consommation de l'eau douce a été multipliée par six. Des géants comme la Chine et l'Inde se retrouveront en 2025 en situation de stress hydrique, a fait remarquer François Münger. (ats)

Ton opinion