Championnat suisse: Prière de respecter la loi du silence
Actualisé

Championnat suissePrière de respecter la loi du silence

Avec la reprise du championnat arrivent trois nouveautés. L'arbitre professionnel Stéphane Rochette les présente.

par
Oliver Dufour
Le Québécois a prolongé son bail avec la Ligue de 2 ans, avec option pour 2 années de plus. Il entame sa 5e saison comme pro. Ce week-end, il va arbitrer trois matches.

Le Québécois a prolongé son bail avec la Ligue de 2 ans, avec option pour 2 années de plus. Il entame sa 5e saison comme pro. Ce week-end, il va arbitrer trois matches.

o Fini les palabres. Désormais, les «zèbres» du championnat sanctionneront n'importe quel membre d'une équipe qui leur parlera entre les périodes de jeu. Il faudra aussi attendre 20 minutes après la sirène finale avant de discuter avec eux. «C'est à cause de la proximité de nos vestiaires avec ceux des équipes dans certaines patinoires, expose Stéphane Rochette. Parfois, nous devons même passer dans celui des joueurs! Ça incite à nous interpeller, estime-t-il. Cette règle ne concerne pas que les coaches. Certains managers ont tendance à le faire aussi. Maintenant, c'est une amende automatique. Avec tarif progressif en cas de récidive.»

o Moins de doutes. Les arbitres auront accès à toutes les images TV pour valider un but. «C'était déjà le cas depuis quelques saisons, mais seulement en play-off, précise le directeur de jeu. Autre immense pas en avant: des images en HD. Jusqu'ici, on avait juste la caméra fixée derrière les buts. Avec trois obstacles: le plexiglas, le filet du but et la visibilité de la ligne sous la glace», détaille l'arbitre. La ligne de but a d'ailleurs été doublée. «Avec l'angle de la caméra et l'épaisseur du puck, il était parfois difficile de voir s'il avait entièrement franchi la ligne. Cette fois, s'il est à plat et qu'il touche la seconde ligne, c'est que le but est bien valable.»

o Renfort. De 50 matches «sifflés» par quatre arbitres la saison dernière, on va passer à 150 en 2012-2013 et 250 lors de l'exercice suivant. «Les clubs sont unanimes: c'est mieux à quatre, promet le Québécois. Mais ça exige la formation rapide de la relève. En LNB, il y aura aussi quatre arbitres pendant les play-off, mais pas en saison régulière.»

Ton opinion