Suisse: Primes maladie: hausse de 4% en moyenne
Actualisé

SuissePrimes maladie: hausse de 4% en moyenne

Les primes d'assurance maladie standard, soit pour un adulte avec une franchise de 300 francs et une couverture accident, vont renchérir de 4% en moyenne suisse l'an prochain.

Les assurés verront leurs primes d'assurance de base prendre l'ascenseur en 2015. Les primes standard pour un adulte avec une franchise de 300 francs et une couverture accident augmenteront de 4% en moyenne suisse. C'est la plus forte hausse de ces trois dernières années. En 2014, l'augmentation se montait à 2,2%.

Les plus fortes hausses sont annoncées pour les assurés des cantons de Nidwald ( 6,8%), Obwald (6,2%) et Appenzell Rhodes-Extérieures (5,7%), indique l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) jeudi, trois jours avant la votation sur l'initiative réclamant une caisse maladie unique et publique. Les primes y restent toutefois parmi les cinq plus basses du pays.

Les cantons les moins touchés par l'augmentation sont Berne (2,7%) et le Tessin (3,2%). Au total, dans dix cantons (AG, AI, BE, FR, GE, JU, TI, VD, VS, ZG), la hausse moyenne de la prime pour un adulte sera inférieure à la moyenne nationale.

C'est notamment le cas en Suisse romande, où tous les cantons sauf Neuchâtel se situent sous la barre des 4%. Pour onze cantons, l'augmentation se situera entre 4% et 5%. Seuls cinq cantons connaissent une hausse supérieure à 5% (AR,NE,NW,OW,SO), précise l'OFSP.

Bâle-Ville toujours très cher

En chiffres absolus, ce sont les Appenzellois des Rhodes-Intérieures et les Nidwaldiens qui s'en tirent toujours le mieux, avec respectivement 319 francs et 329 francs par mois. Les moins chanceux sont comme l'an passé les habitants de Bâle-Ville. Ils devront débourser 533 francs chaque mois.

Cette disparité se retrouve dans les cantons romands. Les mieux lotis sont les Valaisans (356 francs) et les Fribourgeois (386 francs), les moins favorisés les Genevois (500 francs) et les Vaudois (450 francs). Les Tessinois se situent pour leur part un peu en dessus de la moyenne (429 francs).

Augmentation constante

Les primes pour les jeunes adultes subiront une nouvelle hausse de 4,4%, soit 16 francs de plus par mois en moyenne. Les 19-25 ans sont, comme les années précédentes, touchés par une hausse plus forte que la moyenne nationale. Les primes pour enfants augmenteront elles en moyenne de 3,8% au niveau national, soit 3,50 francs par enfant.

Ces dix dernières années, les primes ont augmenté en moyenne de 3,6% chaque année. Lors de l'introduction de la Loi sur l'assurance maladie (LAMal) en 1996, la prime standard s'élevait à 173 francs, contre 412 francs pour 2015. Le montant mensuel moyen des primes a ainsi plus que doublé durant cette période.

Primes maladie payées en excès

Les assurés des cantons ayant payé des primes maladie excessives entre 1996 et 2013, comme les Genevois ou les Vaudois, pourront se faire rembourser dès l'année prochaine. Les assurés domiciliés dans des cantons ayant payé des primes trop basses devront eux s'acquitter d'une facture supplémentaire.

Pour 2015, ce malus pour les assurés s'élèvera à 62,50 francs dans onze cantons (BE, LU, UR, OW, NW, GL, SO, BL, SH, AR, JU). Le supplément se montera à 56,40 francs en Valais et se limitera à 9 francs à St-Gall. Il sera en principe prélevé mensuellement.

A l'inverse, les montants reversés seront identiques pour tous les assurés des neuf cantons ayant connu des primes excessives (VD, GE, TI, TG, ZH, FR, AI, ZG, GR), qu'il s'agisse d'un adulte ou d'un enfant et indépendamment de la franchise.

Les sommes seront prélevées et distribuées pendant trois ans. Le montant pour 2015, qui sera déduit de la prime ou versé séparément, sera publié en février. Les assurés seront remboursés une fois par an, en juin. Au final, la somme reçue devrait correspondre à un peu moins de la moitié du montant payé en trop.

Dans certains cas, l'ardoise pourrait tout simplement être effacée. Il est en effet prévu de retirer 180 francs par assuré dans les cantons «débiteurs». Avec un déficit de 10 francs sur 18 ans, les Neuchâtelois ne devraient ainsi rien payer. Idem pour les Schwyzois, les Bâlois de la Ville et les Argoviens.

La Confédération, pointée du doigt pour avoir laissé la situation s'enliser pendant des années, paiera 266 millions, en trois tranches. Le reste de la facture sera partagé à part égales entre les assureurs et les assurés domiciliés dans les cantons ayant payé des primes trop basses. (ats)

Quand et comment changer de caisse

Chaque assuré est en droit de changer de caisse pour choisir une assurance maladie de base moins chère. Il doit toutefois veiller à respecter les modalités et les délais prescrits.

Les caisses maladie doivent annoncer les nouvelles primes aux assurés jusqu'au 31 octobre. Ceux-ci ont ensuite jusqu'au 30 novembre pour résilier leur contrat.

Un changement de caisse est possible dans tous les cas, même si la prime de l'assurance de base n'a pas augmenté et si l'assuré a conclu une assurance avec franchise à option ou avec un choix limité de médecins et d'hôpitaux. Il est également possible de rester dans une caisse pour l'assurance de base et de contracter des assurances complémentaires dans une autre. La personne devra alors se soumettre à un questionnaire de santé pour les complémentaires.

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) recommande d'entreprendre les démarches assez tôt et par courrier recommandé: la résiliation doit impérativement parvenir à l'assureur avant la fin novembre. C'est la date d'arrivée du courrier et non celle de son envoi qui fait foi. Le changement de caisse prend effet au moment où le nouvel assureur a communiqué à l'ancien qu'il prend en charge le client, sans interruption de la couverture.

«Le statu quo n'est pas une option»

Pour le conseiller fédéral Alain Berset, les coûts et les prix de la santé vont continuer à augmenter ces prochaines années. Les primes maladie suivront la même tendance. Le but est de maîtriser ces coûts et d'éviter les chocs, a rappelé jeudi le ministre de la santé devant les médias.

«Le statu quo n'est pas une option, nous devons agir avec tous les acteurs pour maîtriser l'évolution des coûts», a affirmé Alain Berset. Il a également rappelé le credo selon lequel «les primes doivent couvrir les coûts».

Pour expliquer la hausse continue des coûts, le conseiller fédéral a pointé du doigt le vieillissement de la population, ainsi que l'effet démographique de la génération baby-boom partant à la retraite.

Il a également mentionné les progrès médicaux. «Certains traitements, contre le cancer par exemple, sont dix fois plus efficaces qu'il y a quelques années, mais ils sont aussi dix fois plus chers. Pourtant, tout le monde doit pouvoir y accéder.»

TWEETEZ

Cette annonce aura-t-elle un effet sur le résultat des votations ?

#debat20min.

#debat20min permet de recenser toutes les conversations qui ont lieu sur Twitter sur ce sujet en particulier.

#debat20min.

Ton opinion