Los Angeles: Prise d'otages chez les Kardashian: mauvais gag
Actualisé

Los AngelesPrise d'otages chez les Kardashian: mauvais gag

Un plaisantin a appelé la police pour dire qu'un homme armé s'était introduit chez Bruce et Kris Jenner. Les forces de l'ordre ont débarqué en nombre.

par
fec
Kendall Jenner, une des soeurs Kardashian, a posté ces clichés sur Instagram. En médaillon: son père, Bruce, avec des officiers.

Kendall Jenner, une des soeurs Kardashian, a posté ces clichés sur Instagram. En médaillon: son père, Bruce, avec des officiers.

Il ne faut pas être savant pour savoir qu'il ne faut pas chatouiller la police américaine. Elle réagit au quart de tour. Une personne a profité de cet état de fait pour jouer un mauvais tour au beau-père, à la mère et aux soeurs de Kim Kardashian. Vendredi 18 janvier 2013, un plaisantin a composé le numéro d'urgence pour indiquer qu'un homme armé était entré dans la propriété des Kardashian-Jenner à Beverly Hills.

Ni une, ni deux, les forces de l'ordre ont débarqué. Pas moins de 10 voitures de police pour autant d'officiers ont encerclé la résidence. Trois hélicoptères quadrillaient même le secteur depuis le ciel. Après confirmation que ce n'était qu'au mauvais gag, la maréchaussée est repartie. Quelques heures plus tard, Kendall Jenner, une des demi-sœurs de Kim Kardashian a tweeté: «J'adore quand huit officiers de police me tiennent en joue devant ma porte tandis qu'une dizaine de voitures sont garées devant la maison. Juste un autre vendredi des plus ordinaires à la résidence Jenner.»

Kim est furax

Kim Kardashian a elle aussi réagi sur les réseaux sociaux. Mais pas avec le même humour que sa jeune soeur. La copine de Kanye West a pesté: «Je viens de recevoir un appel de maman pour m'annoncer ce canular téléphonique. Ce n'est vraiment PAS drôle. Les gens peuvent être arrêtés pour ça. D'ailleurs, j'espère que la police trouvera le responsable derrière tout ça. C'est dangereux et ce n'est pas un gag à faire!»

Suivez toute l'actualité des stars sur les réseaux sociaux avec «20 minutes»:

Ton opinion