Nouvelle-Zélande - «Prise en otage» par un opossum surexcité, elle rameute la police
Publié

Nouvelle-Zélande«Prise en otage» par un opossum surexcité, elle rameute la police

Harcelée par un petit animal agressif, une habitante a appelé les forces de l’ordre à la rescousse, dimanche sur l’Île du Sud.

La police de Dunedin (Île du Sud) était en train de passer une journée tout à fait banale, jusqu’au coup de fil d’une habitante en détresse, dimanche soir. Paniquée, la Néo-Zélandaise domiciliée à Opoho a expliqué à l’opérateur qu’elle était «retenue en otage» par… un opossum. La malheureuse venait de rentrer d’une virée en ville et était en train de décharger sa voiture quand elle a entendu un bruissement. «J’étais en train de prendre des trucs sur le siège arrière quand quelque chose a couru le long de ma jambe», raconte l’habitante à Stuff.

Pensant avoir affaire à un chat, la dame l’a attrapé pour s’en défaire: «C’est là que j’ai vu qu’il s’agissait d’un opossum», témoigne-t-elle. La Néo-Zélandaise, qui a grandi dans une ferme, connaît bien ces marsupiaux. Mais celui-là se comportait de manière étrange. «Il n’arrêtait pas de m’attaquer», se souvient-elle. Elle est parvenue à se réfugier chez elle, mais l’opossum a continué de la harceler: dès qu’il la voyait à travers la baie vitrée, il essayait de la charger.

Affolée, la femme a fini par appeler la fourrière, qui l’a renvoyée vers la police. Vingt minutes après son appel, les forces de l’ordre ont débarqué et n’ont pas mis bien longtemps pour repérer la bête surexcitée. Un officier a réussi à attraper l’opossum, qui essayait de grimper sur sa jambe, et à le placer dans une boîte avec de la nourriture. L’animal a été relâché dans la nature «pour éviter tout autre harcèlement de citoyen», a indiqué Craig Dinnissen, sergent de la police de Dunedin.

(joc)

Ton opinion