Vaud: Prise pour une terroriste à cause de son prénom divin
Actualisé

VaudPrise pour une terroriste à cause de son prénom divin

Postfinance a bloqué un versement en faveur d'une société locale, dont la patronne d'origine égyptienne s'appelle Isis.

par
Frédéric Nejad Toulami
photo: Keystone

La responsable de l'agence Royal Voyages, à Lausanne, n'en revient toujours pas. Son tort? Avoir pour prénom celui d'une reine et d'une déesse de l'Egypte antique: Isis. Des employés zélés de Postfinance ont confondu la mythologie et l'acronyme anglais du groupement Etat islamique.

«Sur des listes de sanctions»

«Depuis plus d'un mois, les virements d'argent de mes clients semblaient arriver plus tard qu'auparavant, explique-t-elle. J'ai fini par me renseigner auprès de l'un d'eux. Il a appelé Postfinance qui l'a rassuré: la transaction a bien été réalisée et il n'y a aucun problème.» Pourtant, le même soir, ce client a découvert dans sa boite aux lettres un courrier de Postfinance: «Votre transaction a été bloquée car des personnes portant le nom «ISIS» figurent sur des listes de sanctions. Une inscription sur une liste de ce genre signifie notamment que des sanctions financières sont appliquées à l'encontre de la personne en question.»

Contacté, le porte-parole de l'organisme bancaire de la Poste, Johannes Möri, refuse de s'expliquer sur ce cas concret, «en raison du secret bancaire». Mais il rappelle que la législation est stricte pour les transactions financières. Notamment une ordonnance fédérale en vigueur depuis octobre 2014, qui interdit le groupe Etat islamique et des organisations associées, ainsi que leur financement. «Mais quel malade ferait un virement bancaire ouvertement pour l'Etat islamique?» s'amuse la Lausannoise, elle-même détentrice d'un compte chez Postfinance depuis de nombreuses années! Peu après avoir été contactée par «20 minutes», la banque postale a fait parvenir l'argent bloqué à tort à Isis...

Ton opinion