Etats-Unis - Prison à vie pour l’auteur d’une fusillade meurtrière dans un journal local
Publié

États-UnisPrison à vie pour l’auteur d’une fusillade meurtrière dans un journal local

Par vengeance, il avait tué cinq personnes dans les locaux d’un journal près de Washington, en juin 2018. Un homme a été condamné, mardi, à la perpétuité incompressible.

La tuerie au sein de la salle de rédaction du «Capital Gazette», le 28 juin 2018, avait suscité une énorme vague d’émotion à Annapolis, dans l’État du Maryland et dans tout le pays.

La tuerie au sein de la salle de rédaction du «Capital Gazette», le 28 juin 2018, avait suscité une énorme vague d’émotion à Annapolis, dans l’État du Maryland et dans tout le pays.

Getty Images via AFP

L’auteur d’une fusillade meurtrière dans un journal local américain a été condamné, mardi, à la réclusion à perpétuité, trois ans après l’attaque qui avait suscité un profond émoi aux États-Unis. Jarrod Ramos, 41 ans, avait plaidé coupable de l’assaut mené contre la salle de rédaction du «Capital Gazette», où il avait abattu cinq personnes avec un fusil à pompe, avant d’être interpellé, le 28 juin 2018 à Annapolis (capitale de l’État du Maryland, à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Washington DC).

Il avait toutefois plaidé la folie pour être envoyé à l’hôpital plutôt qu’en prison. Un jury avait été convoqué pour trancher et avait décidé, en juillet, qu’il était pénalement responsable.

Mardi, sa peine a été fixée lors d’une audience au cours de laquelle ses victimes ont pu prendre la parole. Il n’a, selon les journalistes présents, exprimé aucune émotion face à ces témoignages, ni lors de l’énoncé de la peine, qui est incompressible, ce qui garantit qu’il passera la fin de sa vie derrière des barreaux.

Deux ans pour préparer l’attaque

Cet homme solitaire et perturbé entretenait une relation conflictuelle avec le «Capital Gazette» après l’avoir attaqué, sans succès, en diffamation et menacé à plusieurs reprises sur internet. Il lui reprochait un article de 2011, intitulé «Jarrod veut être ton ami», dans lequel le journal racontait le calvaire d’une jeune femme qu’il avait harcelée sur internet, ce qui lui avait valu une condamnation à 90 jours de prison avec sursis. Il avait passé deux ans à préparer son attaque, avait effectué des repérages et même pris un abonnement à un club d’échecs en prévision de sa détention.

Le drame, l’une des pires attaques commises contre un média aux États-Unis, avait suscité une onde de choc dans le pays. Alors président, Donald Trump avait dénoncé un assaut «horrible», qui avait «choqué la conscience de notre pays».

«L’impact de cette affaire est immense», a relevé le juge Michael Wachs lors de l’audience. «À mon grand effroi, il a dit que planifier cette attaque représentait les meilleurs moments de sa vie», a-t-il ajouté, selon des propos rapportés par la télévision locale WBAL.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires