Actualisé 22.01.2014 à 08:35

Lausanne (VD)Prison avec sursis pour deux jeunes émeutiers

Le tribunal correctionnel de Lausanne a condamné mardi deux jeunes de 22 et 24 ans à respectivement 15 et 18 mois d'emprisonnement avec sursis.

En octobre 2010, deux jeunes avaient agressé des policiers qui procédaient à une interpellation sur l'esplanade de Montbenon à Lausanne. Mardi, tous deux ont été reconnus coupables d'émeute, de violence contre les autorités et de lésions corporelles simples.

La principale accusée, une mère de famille de 24 ans, a donné un coup de pied à l'un des policiers. Son comparse, un étudiant, a jeté un pavé de plus de 7 kg sur un agent venu en renfort.

Aucune circonstance atténuante

La culpabilité des deux condamnés a été considérée comme «lourde». Aucune circonstance atténuante n'a pu être retenue en leur faveur. La jeune femme a écopé de 18 mois d'emprisonnement tandis que son comparse, un étudiant de 22 ans, a été condamné à 15 mois de prison. Ces peines sont assorties d'un sursis de 5 ans. L'avocate de l'étudiant a annoncé son intention de faire appel.

Les faits se sont déroulés peu avant le début d'un concert de musique punk, organisé dans le cadre d'un festival lausannois. Une patrouille de police a interpellé un individu suspecté d'avoir tracé des graffitis en gare de Lausanne.

L'homme, après avoir été saisi par un policier, s'est violemment jeté en arrière, provoquant la chute du fonctionnaire. La foule de 150 personnes, jusqu'alors calme, est brusquement devenue hostile, plusieurs individus se dirigeant vers l'agent pour s'opposer à l'interpellation.

Le policier, maintenu au sol par les jambes de l'individu qu'il tentait d'interpeller, a fait usage de son spray au poivre pour canaliser la foule, d'une manière «légitime et proportionnée» selon les juges. La condamnée lui a alors asséné un violent coup de pied à tête. L'agent est parvenu à se recroqueviller au dernier moment et a été touché au sommet du crâne.

Pavé de sept kilos

Atteint par une jet de spray au poivre, l'étudiant, qui attendait à l'écart, s'est alors saisi d'un pavé de 15 centimètres et de plus de 7 kg, qu'il a lancé en direction d'un autre agent, placé à 2 m de lui, le touchant au haut du dos. Les juges ont qualifié son comportement d'«aberrant».

Les deux policiers n'ont souffert d'aucune séquelle. La récidive de la principale condamnée, qui s'est rendue coupable d'une autre agression contre un policier durant l'enquête, a été retenue à sa charge. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!