Vaud: Prison et expulsion pour le détenu complotiste qui menaçait son avocat  
Publié

VaudPrison et expulsion pour le détenu complotiste qui menaçait son avocat  

Condamné à 30 mois de prison, un voleur a attribué sa peine à son avocat, qu’il soupçonnait de collusion avec la procureure. Il lui a envoyé une lettre de menaces et d’insultes.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye
Le Tribunal fédéral a rejeté le recours d’un détenu contre sa condamnation pour contrainte et vols.

Le Tribunal fédéral a rejeté le recours d’un détenu contre sa condamnation pour contrainte et vols.

20min/Marvin Ancian

Cambrioleur multirécidiviste attiré surtout par les ordinateurs, les portables et les bijoux, Omar* a sévi dans plusieurs localités vaudoises, notamment à Lausanne, entre 2019 et 2020. L’année passée, cet Arabe avec un faux passeport français et sans permis de séjour en Suisse a été condamné par le Tribunal de Lausanne à 40 mois de prison pour vol en bande et par métier, dommages à la propriété, contrainte, violation de domicile, tentative de violation de domicile… 

«Je fait avec toi grand probleme fills de p…»

Omar* n’a pas digéré cette peine qu’il trouvait trop lourde. Et il en voulait particulièrement à son avocat, qu’il croyait de mèche avec la procureure qui instruisait l’affaire. C’est donc depuis sa cellule de prison à Orbe qu’il a rédigé un courrier pour l’avocat dont il ne voulait plus. Décidé à trouver un nouveau défenseur, il l’a abreuvé d’insultes et l’a menacé avec virulence. «Monsieur, malgré tout mes refus qui tu a mon avocat et tu veut pas lâche mon dossier tu veut violé mes droits (…) je manquer avec toi le respect ta à un fills de pute et tu a un batar qui j'ai jamais vue dans ma vie je prle avec toi vulgair et je men fou la conséquence (…) je niqué ta race conard fills de pute sa fait sept mois tu colaborer avec la procureure et tu veut encore discuté avec moi je te jure si tu a pas lâché mon dossier je fait avec toi grand probleme fills de pute.» 

Des menaces qui ont produit un effet

L’avocat a fini par se retourner contre son propre client en déposant une plainte pénale. Condamné en première instance, Omar a saisi le Tribunal cantonal. La Cour cantonale a revu à la baisse la condamnation pour vol par métier. Car la participation d’Omar n’a pas pu être prouvée dans un cas de vol. La peine de 40 mois du tribunal de première instance a été réduite à 30 mois. Mais le Tribunal est d’avis que le courrier envoyé à l’avocat était «à l'évidence une menace sérieuse». Selon la Cour, les menaces d’Omar ont eu un effet, puisque l’avocat a demandé à être relevé de son mandat de défenseur d'office. Ce qui constitue une preuve de la contrainte exercée sur l’avocat.

Saisir la justice pour changer un avocat commis d’office

Omar a fait recours au Tribunal fédéral (TF). Les juges fédéraux ont notamment rappelé au recourant qu’en cas d’insatisfaction de sa part sur le travail de son avocat commis d’office, c’est à la justice de déterminer si un changement de défenseur s'imposait. De ce fait, le TF souligne qu’on ne peut pas reprocher à l'avocat en question de «s'être accroché» au mandat. Les juges de Mon-Repos ont également confirmé qu’il y a eu contrainte sur l’ancien avocat du recourant.  

Nationalité douteuse et infractions nombreuses

Son recours au TF rejeté,  Omar devra quitter la Suisse au terme de sa détention. La justice a ordonné l’expulsion à vie du voleur multirécidiviste. Cette expulsion ne sera pas simple à appliquer. Le mystère demeure sur la vraie identité du quadragénaire aux innombrables alias tout comme sur sa nationalité. Mécanicien de formation mais voleur par métier, il serait palestinien et père de trois enfants en Italie. Mais l’interprète avait indiqué à la justice que ce prétendu palestinien parlait l’arabe du Maghreb. Le quadra séjournerait en Europe depuis plus d’un quart de siècle. Un séjour ponctué par des condamnations en Belgique, en France et en Suisse.
*Prénom d’emprunt

 

Ton opinion