Neuchâtel: Prison et internement pour une violente agression
Actualisé

NeuchâtelPrison et internement pour une violente agression

A cause d'un risque de récidive important, le quinquagénaire restera incarcéré tant qu'il sera considéré comme dangereux.

Keystone/Illustration

Un homme d'une cinquantaine d'années a été condamné mercredi par la justice neuchâteloise à 3 ans de prison pour mise en danger de la vie d'autrui. En raison du risque de récidive et des antécédents du prévenu, la peine s'accompagne d'une mesure d'internement.

En juin 2015, l'accusé avait tabassé puis tenté d'étrangler une amie.

Selon l'acte d'accusation, il a frappé sa victime à coups de poings au visage, dans le ventre et à la jambe puis lui a serré le cou. Il a commis cette agression alors qu'il était en liberté conditionnelle.

«Le tribunal retient que vous avez commis une véritable agression pour des motifs futiles», a déclaré le président du tribunal, Bastien Sandoz, lors de la lecture du jugement. Le magistrat a aussi relevé une prise de conscience quasi inexistante du prévenu. Le tribunal n'a toutefois pas retenu la tentative de meurtre.

Une dispute qui vire à l'aigre

Devant le tribunal criminel du Littoral et du Val-de-Travers, le prévenu a expliqué qu'il s'agissait d'une dispute qui avait dégénéré.

Le Ministère public neuchâtelois avait requis une peine de 4,5 ans de prison et l'internement si le tribunal retenait la mise en danger de la vie d'autrui. Il demandait une année supplémentaire si le tribunal optait pour la tentative de meurtre. La défense avait estimé qu'il s'agissait de lésions corporelles.

Expertise psychiatrique

Le rapport psychiatrique estime entre 50 et 75% le risque de récidive au cours des prochaines années si l'accusé recouvrait la liberté. Selon cette expertise, il souffrirait de troubles de la personnalité de type dissociatif.

A la fin de sa peine de prison, l'accusé restera donc incarcéré aussi longtemps qu'il sera jugé dangereux par les experts.

Cet homme a déjà fait de la prison à plusieurs reprises. Il a été condamné en 2010 à 5 ans de privation de liberté pour viol. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion