Berne - Prison ferme pour un chauffard habitant Berne
Publié

BernePrison ferme pour un chauffard habitant Berne

Un homme qui avait roulé à 123 km/h dans une localité écope de 18 mois de réclusion dont six mois fermes.

par
jbm
Le conducteur âgé de 21 ans a profité de «tester» la Lamborghini de son papa. Un peu trop!

Le conducteur âgé de 21 ans a profité de «tester» la Lamborghini de son papa. Un peu trop!

DR

Le 8 août 2020, vers 1 heure du matin, un jeune de 21 ans a emprunté la voiture de son papa. L’engin fait 610 CV et passe du 0 à 100 en 3,2 secondes! Mal lui en a prit puisqu’il s’est fait flasher à 123 km/h sur un tronçon limité à 50 km/h. Le jeune homme n’avait pas de permis, lequel lui avait été retiré des mois auparavant. Lorsqu’il a été arrêté par la police, il a prétendu être son cousin et a montré le permis de ce dernier.

Jeudi, le chauffard s’est retrouvé devant la juge du tribunal régional de Berne. Il a fait profil bas et exprimé des remords. «J’ai fait une grosse erreur, je le sais. Je ne pensais pas être aussi rapide.» Le procureur n’y a pas cru. Il a rappelé que le prévenu avait déjà été condamné par deux fois pour excès de vitesse. Deux mois avant les 73 km/h de trop, il avait déjà dû payer 7000 francs d’amende. Le procureur le décrit «comme un jeune homme qui laisse libre cours à ses instincts masculins et infantiles dès qu’il se retrouve derrière un volant.» Il a donc requis 20 mois de prison rapporte la «Berner Zeitung».

Lourde peine

Son défenseur a plaidé pour une peine de 18 mois de prison avec sursis ainsi qu’une période probatoire de cinq ans. Face au pronostic défavorable, la juge l’a condamné à 6 mois fermes avec un aménagement de peine puisqu’il pourra travailler en journée et à 12 mois avec sursis pendant trois ans. À cela s’ajoutent les frais de procédure qui s’élèvent à 5000 francs. Pour la juge, le fait qu’il n’ait fait son excès de vitesse sur un petit tronçon et de nuit ne l’excuse pas. Il a dépassé avant un tram à l’arrêt et franchi la ligne de sécurité alors que des passagers descendaient. «Si l’un des passagers avait traversé la chaussée à ce moment, un freinage n’aurait pas été possible» a-t-elle ajouté. Le verdict peut encore faire l’objet d’un recours.

Ton opinion