Actualisé 16.11.2013 à 13:31

Grande-BretagnePrison pour les praticiens en cas de fautes graves

Les médecins et infirmières coupables d'actes de négligence délibérée dans le service de santé publique britannique risquent à l'avenir des peines de prisons.

Cette mesure s'inscrit dans une vaste réforme du National Health Service (NHS) dont les principaux axes doivent être dévoilés la semaine prochaine. Elle est censée répondre à plusieurs scandales qui ont secoué l'institution ces dernières années.

Le plus marquant a été celui de l'hôpital public de Stafford, dans le centre de l'Angleterre, où on estime à 1200 au maximum le nombre de patients décédés des suites de mauvais traitements entre 2005 et 2009.

Selon le rapport d'un commission d'enquête publique publié en février, les malades, souvent âgés, étaient obligés de rester pendant des heures dans leurs excréments ou laissés sans nourriture ni boisson.

Certains en étaient même réduits à boire l'eau des vases pour étancher leur soif. Les familles des patients de l'hôpital se sont émues d'autant plus de l'affaire qu'elle n'a donné lieu à aucune poursuite. Le nouveau projet gouvernemental promet d'y remédier et prévoit des peines allant jusqu'à cinq ans de prison en cas de négligence grave.

«Plus jamais nous ne permettrons que la négligence, la cruauté ou le manque de soins passent inaperçus et restent impunis», a averti samedi le Premier ministre David Cameron. L'Association des Médecins Britanniques redoute, elle, que la menace de peines de prison instaure un «climat de la peur» au sein des hôpitaux du NHS, le plus grand service public de santé au monde avec 1,7 million de personnes employées. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!