Actualisé 05.02.2019 à 06:28

Espagne

Prisons: Madrid arrête un réseau djihadiste

Madrid a annoncé lundi avoir démantelé un réseau djihadiste qui tentait de radicaliser les détenus.

Image d'illustration.

Image d'illustration.

AFP

Un groupe de djihadistes qui tentait de radicaliser des détenus et de les pousser à commettre des attentats à leur sortie de prison a été démantelé en Espagne, a annoncé lundi le ministère espagnol de l'intérieur. Huit personnes ont été arrêtées.

Parmi elles figurent cinq Marocains incarcérés depuis 2013 et radicalisés en prison, un employé des services pénitentiaires et deux habitants de la commune d'Alcorcon, en banlieue de Madrid, dont une qui soudoyait l'employé de prison.

Les détenus arrêtés dans le cadre de cette opération «en sont arrivés à proposer directement à certaines personnes incarcérées de commettre des attentats. Pour les convaincre, ils leur promettaient d'importantes sommes d'argent. Ils leur assuraient qu'ils avaient un contact avec Daech [acronyme en arabe de l'Etat islamique, ndlr] chargé d'envoyer l'argent à leur famille comme récompense», a indiqué le ministère dans un communiqué.

«Déracinés» et «influençables» visés

Le groupe recrutait en priorité «des détenus profondément déracinés, influençables et dans le besoin», poursuit le ministère qui ne précise pas la date des arrestations. Les cinq Marocains, âgés de 25 à 68 ans, étaient détenus dans deux prisons, l'une dans la région de Madrid, l'autre dans le nord-ouest de l'Espagne.

Ils distribuaient à leurs recrues «du matériel audiovisuel qui faisait l'apologie du martyre, de la mort de l'infidèle et du djihad violent», a poursuivi le ministère. «Leurs hommes de confiance menaçaient et agressaient ceux qui s'éloignaient du groupe et de la pratique religieuse stricte», y compris après leur sortie de prison.

L'Espagne est placée depuis 2015 au niveau 4 sur 5 d'alerte antiterroriste. Le pays a été frappé à deux reprises par des attentats terroristes islamistes d'envergure: en 2004, quand des bombes avaient explosé dans des trains de banlieue de Madrid, tuant 191 personnes, puis en 2017 quand une double attaque avait fait 16 morts à Barcelone et Cambrils. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!