Nick Robinson: Privé de dinosaures mais pas à court de projets
Publié

Nick RobinsonPrivé de dinosaures mais pas à court de projets

L’acteur, qui avait tenu son premier grand rôle dans «Jurassic World» (2015), ne sera pas dans le prochain épisode de la saga. Il n’en multiplie pas moins les tournages.

par
Henry Arnaud

C’est du Canada, où il tourne une série inédite pour Netflix, que Nick Robinson appelle «20 minutes», pour parler d’une autre série, «A Teacher», qui arrivera en fin d’année sur l’app StarzPlay.

Cette série retrace la vie d’un lycéen de 17 ans qui tombe amoureux de sa prof (incarnée par Kate Mara). Est-ce basé sur une histoire vraie?

Non, «A Teacher» est fictif, mais notre réalisatrice et productrice Harrah Fidell a étudié des dizaines de cas similaires. Dix-sept ans est un âge de transition pour beaucoup de jeunes, surtout chez les garçons. C’est la période où tout change, où l’on se cherche, on expérimente… C’est le travail des hormones (rires). La force de notre histoire est d’apporter un regard parfois pervers sur cette relation car il y a peu de différence d’âge entre la prof et son élève. Quand on apprend ce genre de choses dans les journaux, on ignore souvent tout du contexte et des détails du couple.

Qu’est-ce qui vous attire vers ces rôles complexes?

C’est la complexité de la nature humaine qui me fascine justement. Incarner un gay dans «Love, Simon» ou un élève amoureux de sa prof ici, j’aime les gars qui cherchent à s’assumer.

Vous avez 25 ans et des millions de fans qui sont souvent des adolescentes. Comment gérer, justement, ce genre de relation difficile où un ado tombe amoureux d’une personne plus âgée, même si c’est fictif?

La meilleure solution pour moi est d’éviter de m’engager personnellement. Je suis sur les réseaux sociaux mais je poste rarement et je limite mes interactions sur le Net. J’évite aussi tout ce qui concerne ma vie privée. Je suis reconnaissant envers celles et ceux qui aiment mon travail, mais c’est important de conserver mes distances avec cette fausse notion du star-système. Une personne qui va m’écrire «Je t’aime» sur Instagram aime probablement un film ou un personnage mais ignore tout de mon intimité.

Un nouveau film «Jurassic World» est actuellement en tournage mais sans vous. Déçu?

Bien sûr que les dinosaures me manquent, mais c’est comme ça! J’aurais adoré faire partie de l’équipe mais je ne suis pas déçu. Le script est parti dans une autre direction sans mon personnage. J’ai tellement de projets que je n’ai aucun regret à ce sujet.

Nick Robinson (à g.) avec Ty Simpkins et Chris Pratt dans «Jurassic World» (2015).

Nick Robinson (à g.) avec Ty Simpkins et Chris Pratt dans «Jurassic World» (2015).

Vous tournez avec Margaret Qualley et sa mère, Andie MacDowell. De quoi s’agit-il?

«Maid» est une série pour Netflix, créée par Molly Smith Metzler, qui a notamment bossé sur «Orange is the New Black» et «Shameless». C’est l’adaptation des mémoires de Stephanie Land sur une mère célibataire qui accepte un job de femme de ménage pour s’en sortir.

Quels sont vos projets pour 2021?

Nous venons tout juste de démarrer le tournage de «Maid» et je suis dans la région de Vancouver au moins jusqu’en mars. Ensuite, bien malin qui peut prévoir des mois à l’avance avec ce virus. J’ai deux autres films en préparation mais tout est en attente. L’avantage d’être sur la côte ouest canadienne est que je suis tout proche de ma famille qui vit à Seattle, de l’autre côté de la frontière américaine.

Ton opinion