Zurich: Privés de visiteurs, les animaux s'ennuient
Actualisé

ZurichPrivés de visiteurs, les animaux s'ennuient

Les gorilles et les singes du zoo de Zurich sont plus agités que d'habitude depuis que le parc animalier a dû fermer ses portes à cause de la propagation du coronavirus.

par
ofu
Les primates souffrent de l'absence de visiteurs.

Les primates souffrent de l'absence de visiteurs.

Keystone/Alexandra wey

Les animaux du zoo de Zurich se retrouvent seuls, sans la présence quotidienne de visiteurs. Une première depuis 1949, écrit ce jeudi le «TagesAnzeiger». Comme de nombreux autres lieux de divertissements, le parc animalier a récemment dû fermer à cause de la pandémie.

Pour certaines espèces, la situation est plus difficile à encaisser que pour d'autres, explique le directeur Alex Rübel. C'est le cas notamment du gorille Haiba ainsi que d'autres résidents de la maison des singes. Ils sont actuellement plus agités que d'habitude. «Pour ces animaux, les visiteurs sont tout autant une attraction que l'inverse», précise Alex Rübel. Selon lui, Haiba et les autres singes aiment communiquer avec les visiteurs. Sans ces interactions, les employés doivent désormais redoubler d'efforts pour occuper les primates afin qu'ils gardent le moral.

Félins totalement indifférents

Pour l'heure, l'ennui est moins marqué auprès des bêtes vivant à l'extérieur telles que les antilopes ou les loups. A première vue, ces animaux semblent détendus. Mais si on les observe de plus près, note Alex Rübel, ils semblent eux aussi souffrir de l'absence des visiteurs. Car dès qu'ils aperçoivent un humain au loin, ils lèvent subitement la tête. Et quand quelqu'un passe à côté de leur enclos, ils se rapprochent. Un comportement plutôt inhabituel, explique le directeur du zoo.

Les seules bêtes qui semblent tout à fait indifférentes à l'absence des visiteurs sont les félins. «Pour eux, la vie continue avec ou sans humains.»

Zurich perd en 3 mois son autre koala mâle

Le zoo de Zurich n'a plus de koala mâle. Agé de 4 ans, Milo a succombé à la même maladie virale que son compère Mikey en décembre dernier. Ouvert en 2018, l'espace dévolu aux plantigrades australiens ne compte désormais plus que les deux femelles, Maisy et Pippa.

Ton opinion