Suisse: Pro Senectute s’offre une parcelle dans le Métavers pour 15’000 francs

Publié

SuissePro Senectute s’offre une parcelle dans le Métavers pour 15’000 francs

L’organisme spécialisé pour les personnes âgées a acheté un terrain à bâtir virtuel. A l’avenir, les seniors devraient pouvoir être conseillées via des lunettes VR. Une démarche qui suscite des critiques.

par
Vanessa Travasci
lom
L’objectif est de pouvoir y proposer des offres de cours et de conseil.

L’objectif est de pouvoir y proposer des offres de cours et de conseil.

Getty Image

La section bâloise de Pro Senecute est la première organisation à but non lucratif de Suisse à avoir acheté un terrain à bâtir dans le Métavers pour 15’000 francs. Dans le monde virtuel, la fondation possède désormais trois parcelles, comme l’a rapporté la SRF lundi. «Nous voulons nous assurer une bonne place dans l’espace numérique en pleine croissance, tant que celui-ci est encore abordable», explique son directeur, Michael Harr. L’idée serait d’y créer à l’avenir des offres de conseil et de cours pour les seniors.

Ces acquisitions ont de quoi surprendre. Sur Twitter, l’achat suscite l’incompréhension: «15’000 francs dépensés pour un bout de rien dans le vide! S'il vous plaît…»  écrit la journaliste Adrienne Fichter. «Pro Senectute aurait mieux fait d’investir dans une semaine de cours s’intitulant «Comment ne pas tomber dans le piège des NFT, des arnaques au bitcoin, du phishing, des arnaques?»

Que pensez-vous du Métavers?

Projet courageux mais trop précoce

Le directeur de la section bâloise considère cela comme un investissement pour un terrain à bâtir qui est bien là, mais numérique. «Nous avons ici la possibilité d’acquérir de l’expérience avec peu d’argent et de trouver un moyen d’agir dans un monde de plus en plus virtuel», explique-t-il. Pro Senectute estime également qu’il est possible que dans 30 à 40 ans, des personnes âgées se trouvent dans le Métavers. Les seniors y montrent déjà de l’intérêt, selon Michael Harr: «Nous devons nous éloigner de l’idée que les personnes âgées ne font que jouer aux cartes.»

Jürg Tschirren, rédacteur numérique de la SRF, estime dans un entretien que le projet est courageux, mais encore bien trop précoce. Il faudra encore attendre longtemps avant que Métavers ne propose effectivement des offres qui intéressent les seniors. D’ici là, cet univers virtuel ressemble bien plus à une «promesse marketing». Pro Senectute Bâle souhaite financer le terrain à bâtir par la vente de NFT. «Grâce à l’action NFT qui a démarré aujourd’hui, nous n’avons pas besoin de faire appel aux dons», explique Michael Harr. La collection limitée «Swiss Crypto Marvels» montre sur des images numériques des paysages suisses combinés à des objets futuristes.

Qu’est-ce que le Métavers ?

Ton opinion

22 commentaires