Actualisé 20.05.2016 à 15:45

Suisse

«Pro Service Public» sème la zizanie à l'UDC

Roger Köppel a reçu du soutien en faveur de l'initiative au sein de son parti . Mais provoque aussi une certaine irritation.

de
Pascal Schmuck, Zurich
Lukas Reimann, conseiller national (SG/UDC) et président de l'Asin soutient la position de Roger Köppel.

Lukas Reimann, conseiller national (SG/UDC) et président de l'Asin soutient la position de Roger Köppel.

photo: Keystone

L'Union Démocratique du Centre (UDC) est loin de présenter un front uni à l'initiative populaire «En faveur du service public». Après le «coming-out» de Roger Köppel dans un éditorial de la Weltwoche, le conseiller national UDC a reçu un soutien au sein même de son parti.

Et il ne s'agit rien de moins que Lukas Reimann, conseiller national saint-gallois et président de l'Association pour une Suisse indépendante et neutre (Asin)! Sur sa page Facebook, il appuie la déclaration et les arguments de Roger Köppel.

Grincements de dents à l'UDC

La prise de position de Lukas Reimann n'est pas des plus surprenantes, rappelle le Blick. Le Saint-Gallois était en effet le seul membre du groupe UDC au Parlement à s'être absenté lors du vote unanime en septembre qui avait rejeté le texte.

Cette nouvelle sortie risque de provoquer des grincements de dents au sein de l'UDC, d'autant plus que Roger Köppel n'avait pas informé le parti de la teneur de son éditorial, ajoute le Blick. Le conseiller national Ulrich Giezendanner (AG/UDC), qui mène la bataille contre l'initiative, aurait ainsi préféré que son collègue en avertisse le parti dans le cadre d'une communication interne.

Dans le comité contre l'initiative

Autre signe de la surprise qu'a créé la déclaration de Roger Köppel, son nom figurait toujours jeudi matin parmi les membres du comité contre l'initiative. Il en a été biffé en cours de journée. «Mais je n'ai aucune idée de comment j'ai pu tomber dans ce genre de comité», a réagi le rédacteur en chef de la Weltwoche.

Thomas Egger, membre du comité et directeur du Groupement Suisse pour les régions de montagne (SAB), a fait effacer le nom du Conseiller national. Il a expliqué qu'il avait reçu les noms de la part de l'UDC. Et la vice-secrétaire générale du parti, Silvia Bär, de reconnaître qu'une «erreur» a pu se produire au sein de l'UDC.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!