Vaud – Avoir raison va coûter très cher à un membre de la Protection civile
Publié

VaudAvoir raison va coûter très cher à un membre de la Protection civile

Pour avoir trop bruyamment soutenu les soignants, un jeune homme a été amendé. Injustifiée, la prune a fini par sauter, mais il devra quand même s’acquitter des frais d’avocat et de justice.

Les volontaires avaient fait vrombir les moteurs des véhicules, en soutien aux soignants (photo prétexte).

Les volontaires avaient fait vrombir les moteurs des véhicules, en soutien aux soignants (photo prétexte).

protectioncivile-vd.ch

«J’aurais mieux fait de payer sans rien dire», doit penser un jeune de la Protection civile. Au printemps dernier, de nombreuses personnes sortaient par la fenêtre ou au balcon pour manifester leur soutien aux soignants, en première ligne face au Covid, en applaudissant ou en faisant du bruit. Dans ce cadre, le 17 avril vers 21h, les volontaires de la Protection civile basés à Pringins ont quant à eux décidé de mettre le paquet. Ils ont mis de la musique à haut volume, fait vrombir les moteurs et allumé les gyrophares des véhicules. Une sirène a même retenti. Malheureusement pour eux, une voiture de patrouille de la police passait par là au même moment, explique «24 heures».

L’un des volontaires présents a été amendé pour ce bruit, jugé excessif. Avec l’aide de son avocate, il a fait opposition et a obtenu gain de cause. La prune, de 180 francs, a été annulée. Logiquement, le jeune homme a demandé une indemnité pour ses frais d’avocats. Mais cela lui a été refusé, le Tribunal cantonal estimant que l’affaire était simple et qu’une assistance juridique n’était pas nécessaire. Il a donc porté l’affaire devant le Tribunal fédéral, qui vient de le débouter également. Entre frais d’avocats et de justice, il devra finalement s’acquitter d’un montant avoisinant les 4000 francs.

À noter que peu de temps après cette affaire de soutien trop bruyant, la Protection civile de La Côte s’est retrouvée au cœur d’un petit scandale. Un audit a révélé des frais de restauration et d’alcool excessifs ainsi que d’autres manquements, entraînant notamment la démission du commandant.

(XFZ)

Ton opinion