Fribourg - Procès climatique: le juge refuse d’entendre les experts
Publié

FribourgProcès climatique: le juge refuse d’entendre les experts

Les activistes du climat qui avaient bloqué un accès de Fribourg Centre lors du Black Friday 2019 voulaient faire intervenir cinq spécialistes pour démontrer l’urgence climatique.

par
Xavier Fernandez
Une procession accompagne les prévenus

Mardi matin, quelques dizaines de personnes ont applaudi les prévenus à leur arrivée à Forum Fribourg, où a extraordinairement siégé le Tribunal de la Sarine. C’est que le procès en question réunit, en plus des 31 activistes du climat qui avaient bloqué un accès du centre commercial Fribourg Centre lors du Black Friday 2019, un grand nombre d’avocats et de représentants de la presse, ainsi que du public.

Dès l’ouverture de la procédure deux questions se sont posées. Les avocats défenseurs ont d’abord demandé que les parties plaignantes – la caisse de pension BVK, propriétaire du bâtiment, et l’Association des Commerçants Fribourg Centre – ne soient pas reconnues comme telles. Ce que le juge a accepté, puisque les plaintes n’étaient pas formellement recevables.

Les accusés ont reçu différentes formes de soutien à leur arrivée à Forum Fribourg.

Les accusés ont reçu différentes formes de soutien à leur arrivée à Forum Fribourg.

Marvin Ancian / 20min

Pas d’autre solution

De plus, les accusés auraient voulu que cinq experts du climat soient entendus, dont le prix Nobel Jacques Dubochet ou encore les professeurs Alexandre Aebi et Pascal Wagner pour «démontrer que le réchauffement climatique fait peser une menace immédiate sur nos vies et que la désobéissance civile est l’unique moyen efficace pour faire infléchir la direction catastrophique que prend le monde», a détaillé l’un des avocats. Le juge n’a toutefois pas accepté ces témoins, considérant que les pièces mises à sa disposition durant l’instruction ainsi que les témoignages lors de précédents procès «climatiques» étaient suffisants pour démontrer l’urgence climatique.

En fin de matinée, les premiers prévenus ont été entendus. Le juge leur a notamment demandé pourquoi ils avaient agi ainsi, en quoi leur action avait-elle eu un impact sur le climat et s’ils n’y avaient pas d’autres solutions. Tour à tour, ils ont expliqué avoir tenté d’autres actions en faveur du climat, mais qu’elles n’étaient pas assez efficaces et que le blocage du centre commercial avait permis d’interpeller non seulement les passants, mais aussi tous ceux qui avaient pris connaissance de cette action au travers des médias. Les activistes ont aussi mis en avant le problème de la surconsommation et la surproduction, symbolisé par le Black Friday.

Ton opinion