Actualisé 05.12.2007 à 10:06

Procès d'un père pédophile à Genève

Le procès d'un père accusé d'avoir abusé de sa fille dès son plus jeune âge s'est ouvert mercredi à Genève. Son ex-femme comparaît aussi devant la Cour d'assises pour n'avoir pas dénoncé ces agissements.

L'ex-femme du prévenu comparaît aussi devant la Cour d'assises pour n'avoir pas dénoncé les agissements de son mari.

Le procès doit s'achever vendredi. Les débats se déroulent à huis clos en raison de la monstruosité des faits reprochés à l'accusé. Selon l'ordonnance de renvoi, le père, un Suisse de 30 ans, a abusé sexuellement de sa fille depuis sa naissance en 1998. Il a poursuivi ses violences jusqu'à son arrestation en 2005.

Une enfance détruite

L'accusé utilisait des lubrifiants «pour faciliter ses agissements». Selon l'acte d'accusation, la petite victime «a grandi avec cette réalité, qu'elle avait totalement intégrée dans sa vie». Le prévenu disait à sa fille «qu'il aimait son corps et qu'il aimait la voir nue».

Le père est aussi poursuivi pour avoir commis des attouchements sur sa belle-fille, alors que celle-ci était âgée d'une dizaine d'années. Il la battait aussi et faisait régner la terreur à la maison. Le prévenu a encore tenté d'abuser d'une copine de sa belle- fille.

Une mère passive

L'ex-femme de l'accusé doit également répondre de ses actes devant la Cour d'assises. Elle n'a rien entrepris pour protéger ses filles, alors qu'elle avait visiblement connaissance de ce qui se passait sous son toit. Les deux filles se sont plaintes à leur mère sans que celle-ci ne réagisse.

Le couple s'est séparé en mai 2004. La mère a accepté le principe de la garde alternée pour sa petite fille et n'a pas alerté les autorités des risques qu'elle encourait. Pire, elle a même donné son accord pour que son enfant aille vivre chez son père dès le mois d'octobre 2004. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!