Actualisé 19.10.2017 à 08:17

CorruptionProcès de l'ex-présidente sud-coréenne suspendu

Les avocats de la présidente sud-coréenne destituée Park Geun-hye ont décidé de jeter l'éponge. Les choses pourraient traîner.

Park Geun-hye a refusé de comparaître devant le tribunal du district central de Séoul jeudi, arguant de raisons de santé.

Park Geun-hye a refusé de comparaître devant le tribunal du district central de Séoul jeudi, arguant de raisons de santé.

Keystone

Le procès pour corruption de la présidente sud-coréenne destituée Park Geun-hye a été suspendu jeudi après la démission collective de ses avocats. Ils accusent la justice de partialité. L'équipe de défense a jeté l'éponge lundi. Park Geun-hye, dont la détention provisoire a été prolongée de six mois, venait de parler de «vengeance politique».

Elle a refusé de comparaître devant le tribunal du district central de Séoul jeudi, arguant de raisons de santé. Le juge a expliqué pendant l'audience que le tribunal avait prié en vain les avocats de l'ex-chef de l'Etat de revoir leurs positions.

Suspension sine die

«Ce procès ne peut pas se poursuivre sans avocats de la défense (...) car les charges qui pèsent sur la prévenue pourraient lui valoir une lourde peine», a-t-il indiqué, ajoutant que le tribunal allait commettre des avocats d'office. Le procès a été suspendu sine die. Les choses pourraient traîner en longueur, car les nouveaux conseils devront absorber un dossier épais de plus de 100'000 pages.

Première femme élue présidente en Corée du Sud, Park Geun-hye a été destituée et arrêtée en mars, puis inculpée en avril de 18 chefs d'accusation dans un retentissant scandale de corruption impliquant de grands conglomérats du pays, dont Samsung. Elle comparaît détenue depuis mars pour abus de pouvoir ou encore corruption. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!