Actualisé 25.10.2010 à 11:20

Société internet chinoiseProcès pour un suicide organisé en ligne

Les parents d'un adolescent chinois qui avait conclu un pacte suicidaire par Internet ont demandé à la justice la condamnation de la société de messagerie instantanée.

Fan avait 20 ans lorsqu'il a répondu favorablement à une invitation au suicide d'un individu nommé Zhang. L'appel avait transité lors d'un «chat» en ligne sur le système de messagerie QQ, le plus utilisé en Chine.

Fan s'était rendu dans la ville de Lishui, dans la province du Zhejiang (est de la Chine), pour y retrouver Zhang, âgé de 22 ans.

Les deux internautes suicidaires s'étaient enfermés dans une chambre d'hôtel hermétiquement scellée où ils avaient consumé du charbon, dans le but de mourir par inhalation de monoxyde de carbone. Zhang pris de migraine avait finalement quitté la pièce, y laissant Fan qui devait y mourir.

Près de 30000 euros réclamés

Les parents de la victime ont exigé au tribunal que Zhang et le groupe internet chinois Tencent, propriétaire de QQ, soient condamnés solidairement à la somme de 270'000 yuans (28'900 euros) en compensation de la mort de leur fils.

Ils ont accusé Tencent de n'avoir pas effacé ou bloqué les messages d'invitation au suicide écrits par Zhang.

Après la journée d'audience de jeudi, la date du jugement n'était pas connue.

Basé à Shenzhen, la métropole du sud de la Chine située en face de Hong Kong, Tencent gère plusieurs sites, outre QQ, le portail QQ.com, celui de jeux QQ Game et un moteur de recherches (Soso.com). (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!