France - «Charlie Hebdo»: Proches de Chérif Kouachi en Syrie et au Yémen
Actualisé

France - «Charlie Hebdo»Proches de Chérif Kouachi en Syrie et au Yémen

Des personnes, connaissant l'un des terroristes qui a ému toute la France, se trouvent actuellement en Syrie et au Yémen.

1 / 293
05.01.2017 De courtes et sobres hommages, avec dépôts de gerbes et minutes de silence, ont eu lieu jeudi à Paris en mémoire des victimes des attentats de janvier 2015 contre l'hebdomadaire «Charlie Hebdo»...

05.01.2017 De courtes et sobres hommages, avec dépôts de gerbes et minutes de silence, ont eu lieu jeudi à Paris en mémoire des victimes des attentats de janvier 2015 contre l'hebdomadaire «Charlie Hebdo»...

AFP/Eric Feferberg
...et le magasin Hyper Cacher, qui avaient fait 17 morts.

...et le magasin Hyper Cacher, qui avaient fait 17 morts.

AFP/Eric Feferberg
27.08.2016 Le beau-frère de l'un des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo a été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste en vue de préparation d'actes de terrorisme».

27.08.2016 Le beau-frère de l'un des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo a été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste en vue de préparation d'actes de terrorisme».

Des proches de Chérif Kouachi, l'un des deux tueurs avec son frère Saïd du journal «Charlie Hebdo» abattus vendredi, sont des «terroristes jihadistes» qui se trouvent «actuellement au Yémen et en Syrie», a annoncé la justice française. Par ailleurs, des liens «constants et soutenus» ont été établis entre la compagne du terroriste et celle d'Amedy Coulibaly.

Le cadet des frères Kouachi «avait dans son environnement des individus terroristes jihadistes connus pour avoir été formés au Yémen et dont on sait qu'ils se trouvent actuellement au Yémen et en Syrie», a indiqué vendredi soir le procureur de la République, François Molins.

Amedy Coulibaly avait de son côté rencontré Chérif Kouachi en détention, où il s'est radicalisé. Leurs compagnes ont échangé «plus de 500 appels en 2014», selon le procureur.

Après plusieurs heures de confrontation, policiers et gendarmes d'élite ont donné vendredi soir l'assaut à Dammartin-en-Goële, à une quarantaine de kilomètres de la capitale, où les frères Kouachi étaient retranchés dans une imprimerie. Ils ont quasi simultanément investi le magasin casher de l'est parisien, où un homme lourdement armé retenait une quinzaine de personnes.

Chérif et Saïd Kouachi, 32 et 34 ans, ont été tués lorsqu'ils sont sortis du bâtiment en tirant, juste avant 17 heures. Saïd avait déjà légèrement été blessé à la gorge par un tir de riposte de gendarme dans la matinée, selon le procureur.

Dans une même enquête

A Paris, Amedy Coulibaly, 32 ans, qui était lourdement armé, a été tué et quatre autres corps ont été retrouvés dans le magasin «Hyper Cacher». Ces personnes ont vraisemblablement été tuées dès le début de la prise d'otages, a indiqué le procureur de Paris dans la soirée, précisant que le magasin avait été piégé.

Dans des appels à la chaîne de télévision BFMTV, Chérif Kouachi a eu le temps de dire qu'il avait été envoyé par Al-Qaïda au Yémen et Amedy Coulibaly s'est revendiqué du groupe Etat islamique (EI, actif en Irak et Syrie) et a dit s'être «synchronisé» avec les Kouachi pour les attaques.

Les deux hommes avaient été impliqués en 2010 dans l'enquête sur une tentative d'évasion de Smaïn Aït Ali Belkacem, ancien du Groupe islamique armé algérien (GIA), condamné pour un attentat dans le RER à Paris en 1995. Chérif Kouachi avait bénéficié d'un non-lieu. Amedy Coulibaly avait été condamné à cinq ans de prison en décembre 2013, peine qu'il a achevée de purger en mai compte tenu des remises de peine.

La compagne d'Amedy Coulibaly, Hayat Boumeddiene, 26 ans, est toujours recherchée. (ats/afp)

Ton opinion