Actualisé 03.04.2020 à 18:20

Suisse - Allemagne

Des proches séparés par un grillage sur la frontière

Des couples, familles ou collègues se rencontrent de chaque côté des grillages à Kreuzligen (TG), installés pour éviter les infections liées au Covid-19.

Ce premier grillage, long de 350 mètres, relie une ancienne douane au rivage du lac de Constance.

Ce premier grillage, long de 350 mètres, relie une ancienne douane au rivage du lac de Constance.

Keystone

Des scènes déchirantes rappelant presque Berlin en pleine guerre froide rythment le quotidien à Kreuzlingen (TG) et Constance (D). Deux grillages ont été installés le long de la frontière fermée pour éviter les infections au coronavirus.

Interrogé vendredi par Keystone-ATS, le chef d'état-major régional de Kreuzlingen contre le coronavirus Simon Hofmann a «le coeur brisé», lorsqu'il voit des couples, des familles, des amis ou des collègues se rencontrer à distance le long de la frontière avec la ville voisine de Constance.

Séparés dans un premier temps par une haie grillagée, ils s'embrassaient, se tenaient la main ou buvaient le café ensemble. Ce premier grillage a été installé à la mi-mars par la police allemande au moment de la fermeture de la frontière, liée à la crise du coronavirus. Long de 350 mètres, il relie une ancienne douane au rivage du lac de Constance.

Garantir la distance de deux mètres

Pour empêcher les nouvelles infections transfrontalières au coronavirus, un second grillage a été installé vendredi côté suisse. Il sépare désormais de deux mètres amis, amoureux et parents, la distance minimale de protection contre le coronavirus dans l'espace public.

Le nombre de personnes s'installant le long du premier grillage était trop élevé, invoque l'état-major de Kreuzlingen. Situé à proximité immédiate, un pont piéton enjambant les voies ferroviaires pour rejoindre le rivage binational a été fermé pour la même raison.

Eviter un confinement total

«Nous ne faisons pas ça de gaieté de coeur», assure Simon Hofmann, mais la protection de la santé prime, ajoute-t-il. Le but n'est pas de chicaner la population, souligne Caroline Leuch, cheffe de la communication de la ville de Kreuzlingen. Se rendre à la frontière reste autorisé, mais une distance minimale de deux mètres est nécessaire.

Cette double séparation entre habitants de Kreuzlingen et de Constance est, bien sûr, due à l'arrivée des beaux jours et des températures clémentes, admet le maire de Kreuzlingen Thomas Niedergerber dans un communiqué. «Avec ces mesures et une présence policière renforcée dans l'espace public, nous voulons éviter d'en arriver à un confinement total à Pâques», explique-t-il. (nxp/ats)

(NewsXpress)
Trouvé des erreurs?Dites-nous où!