Tessin : Prof plagiaire? Incrédulité chez ses collègues
Actualisé

Tessin Prof plagiaire? Incrédulité chez ses collègues

Un enseignant de l'Université de Suisse italienne est suspendu depuis la semaine dernière. Il aurait copié des passages d'un confrère d'Harvard (USA), sans le citer.

par
dmz

L'affaire secoue le Tessin depuis la fin de la semaine dernière. Un professeur de sciences de la communication de l'Université de Suisse italienne (USI), aurait, à trois reprises, «emprunté» des passages tirés de publications de tiers sans indiquer la source. Le premier article serait un copier-coller du travail d'un enseignant de l'université américaine d'Harvard, dont la date de publication n'a pas été précisée, mais qui ne serait plus disponible, ni en ligne, ni en bibliothèque.

Dans le deuxième texte incriminé, il s'agit de passages ne comportant ni guillemets, ni citation, dans une préface. «Un oubli», jure le co-auteur de cet article publié en 2008, qui n'est pas touché par cette affaire. Contacté par tio.ch, cet enseignant de l'USI explique que «des corrections ont été apportées, mais que l'article est toujours disponible.» Le troisième cas concerne un chapitre d'un essai, datant de 2012, qui contiendrait des passages pris dans un travail similaire publié dans les années 1970.

«Je travaille avec cet homme depuis des années, poursuit l'universitaire, je suis sûr qu'il s'agit d'inattention et pas de triche.» L'USI préfère s'en assurer. Elle a ouvert une enquête, qui sera menée par son comité d'éthique: «La transparence et l'intégrité de nos chercheurs est primordiale. Nous avons pris les mesures nécessaires pour que la lumière soit faite sur cette affaire», a-t-elle communiqué.

L'enseignant a, de son propre chef, décidé de suspendre ses activités de recherche à l'intérieur et à l'extérieur de l'institution. Il continuera toutefois à assurer les cours.

Deux fois à Neuchâtel

Les unis romandes ne sont pas à l'abri de ce genre de cas. En décembre 2015, l'Université de Neuchâtel (Unine) a annoncé l'ouverture d'une enquête contre l'un de ses membres, soupçonné de plagiat dans sa thèse de doctorat, défendue dans un établissement étranger. La procédure est toujours en cours.

L'Unine avait connu un cas retentissant en septembre 2013. Un enseignant de la faculté des sciences économiques, accusé de plagiat avait été suspendu. Il a finalement été réintégré fin janvier 2014, avec un blâme. La sanction a finalement été annulée par le Tribunal cantonal en 2015.

Ton opinion