Secret bancaire: Professeur à Saint-Gall, il s'en prend à la Suisse

Actualisé

Secret bancaireProfesseur à Saint-Gall, il s'en prend à la Suisse

Professeur à la HSG (Haute Ecole de Saint-Gall), Ulrich Thielemann aurait vertement critiqué la Suisse en Allemagne. Les politiciens de droite et l'association des banquiers mènent maintenant campagne contre lui.

«Les Suisses n'ont aucune mauvaise conscience», a déclaré Ulrich Thielemann, selon le «TagesAnzeiger», lors d'une réunion de la commission des finances du parlement allemand au cours d'une discussion animée sur le secret bancaire suisse.

Ulrich Thielemann n'est pas politicien, mais vice-directeur de l'Institut pour l'économie éthique de l'Université de Saint-Gall (Institut für Wirtschaftsethik). Thomas Sutter, porte-parole de l'association des banquiers, qui a participé lui-même à la discussion juge les propos de Thielemann déplacés. «De la part d'un professeur qui vit en Suisse et reçoit son salaire de l'Etat, profitant même d'une taxation peu élevée, il s'agit vraiment d'un affront.» Le conseiller national UDC Lukas Reimann va encore plus loin: «Il mérite qu'on lui retire son poste.»

Par la suite, Ulrich Thielemann s'est excusé pour sa maladresse: «Je n'ai jamais eu l'intention de salir la Suisse et de vexer une partie de la population», se défend-il.

Deborah Rast/pim

Ton opinion