Sondage: Profond Röstigraben sur la caisse unique
Actualisé

SondageProfond Röstigraben sur la caisse unique

La seconde vague de notre sondage sur les votations du 28 septembre montre que la caisse maladie publique a perdu du terrain en Suisse alémanique, mais pas chez les Romands.

par
jbu/dmz

Si nous avions voté aujourd'hui, la caisse unique aurait été refusée en Suisse alémanique, selon les résultats du deuxième volet du sondage lancé par «20 minutes» (lire encadré). En effet, seuls 43% auraient déposé un bulletin favorable. En Suisse romande, la situation est très différente: 66% des répondants se sont dits pour la fin du système de concurrence entre les caisses-maladie. Toutes régions confondues, les résultats donnent 49% de pour et 49% de contre. Seuls 2% des répondants sont encore indécis.

Pour rappel, la première vague de sondage, en août dernier, avait débouché sur 61% de oui pour les deux régions linguistiques. Un résultat qui venait contredire ceux du sondage SSR (51% de non) et de celui de l'organisation libérale de consommateurs alémanique Konsumentenforum (55% de non).

Vers un Röstigraben

Cette différence de 23% entre les deux rives de la Sarine risque bien de déboucher sur une nouvelle scission linguistique, le 28 septembre prochain. «Cela se voit souvent lors des votations en matière de politique sociale», analyse Georg Lutz, politologue à l'Université de Lausanne. «Les Romands ont tendance à se prononcer pour un Etat fort, alors que les Alémaniques sont plus libéraux.»

Le spécialiste explique le basculement alémanique par un retournement des voix bourgeoises. Beaucoup d'entre-eux auraient fini par se rallier à l'avis de leurs partis (PLR, PDC, PBD).

TVA: résultats serrés

L'idée d'un taux de TVA unifié dans la restauration divise aussi, mais moins nettement. Ainsi, 49% des alémaniques se sont dits pour, contre 51% des Romands. Ce qui laisse présager un résultat serré.

17'726 personnes de toute la Suisse ont participé à la deuxième vague d'enquête en ligne, les 1er et 2 septembre. Les politologues Lucas Leemann et Fabio Wassefallen, de l'Université de Zurich, ont pondéré les résultats (variables géographiques, démographiques et politiques) de manière à ce que l'échantillon représente au mieux la population.

Ton opinion