Jeunes socialistes: Programme pour la politique de formation
Actualisé

Jeunes socialistesProgramme pour la politique de formation

Suppression des notes à l'école primaire et un salaire minimal net de 1500 francs pour les apprentis, ce sont deux exigences émises par les Jeunes socialistes (JS).

Réunis samedi à Liestal, leurs délégués ont adopté un programme en quinze points sur la politique de formation.

Ces propositions de réforme ont été adoptées par 80 voix contre 4, a indiqué le président des JS Cédric Wermuth à l'ATS. Elles visent en particulier à contrer le programme de formation adopté en août par l'UDC.

Les JS proposent également d'unifier les bourses pour apprentis et étudiants au niveau national, d'augmenter massivement les effectifs des enseignants et d'améliorer les conditions de travail de ces derniers. Toute participation d'acteurs de l'économie privée à l'école et au gymnase devrait en outre être interdite.

Les symboles religieux doivent être interdits chez les enseignants. Pour les élèves, il s'agirait de «fermer un oeil», selon M. Wermuth.

Papier sur la sécurité

Les JS se sont également penchés sur le papier de position sur la sécurité du PS, désormais remanié, et qui sera soumis au congrès du parti dans deux semaines. Une douzaine de points ont encore essuyé des critiques, a précisé M. Wermuth. Les JS persistent à rejeter la vidéosurveillance, ou la «censure médiatique» par l'interdiction des jeux vidéo violents.

A l'issue de leur assemblée des délégués, les JS ont protesté devant une école de Liestal contre l'initiative sur le libre choix de l'école. Les citoyens du demi-canton de Bâle-Campagne sont invités à se prononcer sur cette question le 30 novembre. (ats)

Ton opinion