Contournement de Bienne: Projet alternatif moins efficace que l'original

Actualisé

Contournement de BienneProjet alternatif moins efficace que l'original

Les autorités bernoises estiment que la solution alternative de contournement de Bienne ne permet pas de désengorger les quartiers aussi bien que le projet définitif.

Les experts ont comparé les deux projets sous différents angles.

Les experts ont comparé les deux projets sous différents angles.

Keystone

La proposition alternative de contournement autoroutier ouest de Bienne (BE) par l'A5 présente plus d'inconvénients que le projet définitif, selon le rapport commandé par le gouvernement bernois. L'idée alternative «Axe ouest: pas comme ça!» est moins efficace.

Selon le rapport dévoilé vendredi par le canton de Berne, la solution alternative permet de désengorger moins bien les quartiers que le projet définitif. «Ses coûts bruts seraient plus faibles et les travaux dureraient moins longtemps. Mais malgré un temps de construction réduit, l'axe ouest serait mis en service beaucoup plus tard, vu que l'idée alternative devrait d'abord être planifiée en détail».

Par ailleurs, le rapport pointe les inconvénients de l'idée alternative sur les plans «structurel, opérationnel et de trafic liés à l'exploitation d'un tube unique». «Le projet définitif, en revanche, est abouti techniquement, écologique et il a été examiné par l'Office fédéral des routes (OFROU)», peut-on y lire.

La proposition officielle prévoit «en outre des mesures d'accompagnement au trafic, sans compter que les concepts urbains des communes de Bienne et de Nidau sont adaptés au projet. La Confédération et le canton ont investi 65 millions de francs en tout dans la planification du projet, qui est prêt à être réalisé», ajoute le canton de Berne.

Version alternative réalisable

Le Grand Conseil bernois avait accepté en juin une motion interpartis demandant au gouvernement qu'il étudie sérieusement la variante présentée par le comité citoyen «Axe ouest: pas comme ça». A la suite de cela, trois bureaux d'ingénieurs ont été mandatés pour faire des expertises.

Les experts ont comparé les deux projets sous différents angles: développement des transports et de l'urbanisation, construction, entretien/exploitation et finances. Le rapport confirme que l'idée alternative pourrait certes être réalisée, mais, dans l'ensemble, les spécialistes ne relèvent aucun avantage significatif par rapport au projet définitif.

«Au vu des faits soigneusement vérifiés par des expertises externes», le Conseil-exécutif et les responsables de l'OFROU ne sont pas disposés à financer une nouvelle planification qui coûterait des millions et retarderait davantage encore le désengorgement de la ville de Bienne.

Manifestation des opposants

Le Conseil-exécutif ouvre toutefois le dialogue avec les parties et avec la population, «afin de prendre en compte leurs attentes». Des rencontres publiques auront lieu à Bienne le 13 septembre et à Nidau le 17 septembre. À l'issue de ces rencontres, la Direction bernoise des travaux publics fera une proposition à l'intention de la délégation des autorités pour l'A5, afin de permettre à celle-ci d'arrêter la suite de la procédure.

La mobilisation contre le projet officiel ne cesse de gagner de l'ampleur. Environ 150 opposants - essentiellement alémaniques - ont manifesté vendredi devant le Palais des Congrès de Bienne où se tenait la conférence de presse du Conseil-exécutif pour présenter le rapport.

Avec des banderoles où l'on pouvait lire «Pas d'autoroute dans la ville» ou «Tout Bienne, Toute la Suisse, Tout le monde contre Axe ouest A5», les manifestants, venus parfois en famille, ont bruyamment montrer leur désaccord à l'aide de sifflets, casseroles et tambourins.

Ville de Bienne: pas de prise de position

De son côté, le Conseil municipal de Bienne a annoncé qu'il va faire analyser les résultats du rapport par ses experts. La Ville de Bienne «n'est à ce jour pas en mesure de prendre position sur les clarifications supplémentaires demandées» car celles-ci doivent encore faire l'objet d'une analyse approfondie.

Le Conseil municipal «réitère son exigence d'impliquer tous les acteurs pertinents dans la suite de la procédure, car il considère que c'est la seule façon de faire avancer ce projet intergénérationnel».

L'ouverture des 2,3 km du contournement ouest n'est pas prévue avant 2035. Les coûts du tracé officiel adopté par l'OFROU sont budgétisés à quelque 2,2 milliards de francs. Presque entièrement souterrain, ce contournement doit délester les quartiers d'habitation du trafic d'agglomération. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion