Annemasse (F): Projet de mosquée dans les champs retiré
Actualisé

Annemasse (F)Projet de mosquée dans les champs retiré

Un lieu de culte ne verra pas le jour sur les terres d'un agriculteur d'Annemasse. Le centre culturel de la commune frontalière cherche une solution de repli.

par
Julien Culet

Il n'y aura pas de mosquée sur l'exploitation d'un agriculteur annemassien. Le Centre culturel musulman de la commune de France voisine a décidé de passer la main et de ne pas reconduire le compromis de vente arrivé à échéance, comme l'indiquent les médias français. En cause: la lenteur du dossier et l'incertitude quant à son aboutissement. Depuis 2012, de nombreux recours ont en effet été déposés par l'exploitant pour s'opposer au déclassement de son terrain souhaité par la Municipalité.

Ces dernières semaines, les communes de l'agglomération d'Annemasse ont proposé d'autres emplacements à l'association. «Mais il s'agit toujours de parcelles nécessitant un changement d'affectation, ce qui ouvre la porte à des batailles judiciaires longues et indécises. Or, nous avons besoin d'une solution rapide, même provisoire. D'ici la rentrée, ce serait idéal», indique Hamid Zeddoug, président du centre culturel. Les musulmans de la région souhaiteraient désormais un terrain constructible ou un ancien bâtiment à réaménager. Des discussions sont notamment en cours à Annemasse, Gaillard et Ville-la-Grand.

Car la situation est critique pour les fidèles de France voisine. «Nous nous mettons en danger tous les vendredis. Entre 400 et 500 personnes s'engouffrent dans la petite villa d'Ambilly qui nous sert de lieu de culte», poursuit-il. Les cours de catéchisme sont également donnés à 200 enfants dans des conditions très rudes.

Ton opinion