Fribourg: Projet de tronçon autoroutier couvert relancé
Actualisé

FribourgProjet de tronçon autoroutier couvert relancé

L'idée de recouvrir une portion de l'A12 entre les jonctions nord et sud de Fribourg est relancée. Le Grand Conseil fribourgeois a voté mardi un mandat parlementaire en ce sens.

Les députés l'ont adopté par 93 voix contre 3 oppositions. Il s'agit de couvrir un tronçon de 600 mètres dans le quartier de Chamblioux où se touchent les communes de Fribourg, Granges-Paccot et Givisiez. L'autoroute y traverse une zone d'habitations qui doit de toute façon être protégée du bruit, après trente ans de discussions à cet égard.

Le Conseil d'Etat était lui aussi favorable au mandat. Il soutenait déjà le projet depuis plusieurs années, mais les coûts s'annonçaient trop élevés. Sur une facture globale estimée à 81 millions de francs, il restait 42,4 millions à répartir entre canton et communes, une fois soustraite la part payée par la Confédération.

Investisseurs privés intéressés

Mais désormais, quatre investisseurs privés sont prêts à co-financer le projet sous forme de partenariat public-privé. Avec quatre des dix députés signataires du mandat, ils se sont engagés à fournir d'ici à fin mars les premiers résultats de leur étude de faisabilité.

Le Conseil d'Etat va organiser une séance avec les investisseurs intéressés pour définir une marche à suivre, en collaboration étroite avec l'Office fédéral des routes (OFROU). Ce dernier a accepté de mettre en suspens le projet de parois antibruit en attendant.

Pour l'instant, le gouvernement cantonal reste prudent au sujet des possibilités de construction immobilière que le projet amènerait. Il ne confirme ni n'infirme les 50'000 mètres carré de surface brute de plancher supplémentaire avancés par les auteurs du mandat.

Pas forcément constructible

La couverture offrirait la possibilité de construire des immeubles plus près de l'autoroute. Mais en l'état, le projet tel que présenté par l'OFROU ne permet pas de construire des immeubles sur cette couverture, a souligné Maurice Ropraz, conseiller d'Etat en charge de l'aménagement, de l'environnement et des constructions.

Ce serait un projet d'une toute autre ampleur technique et financière, a-t-il ajouté. Il répondait à des députés qui plaidaient en faveur d'une construction d'immeubles sur l'ouvrage, en vue d'une meilleure densification de l'habitat.

L'Office fédéral du logement a présenté récemment une étude selon laquelle la construction de logements sur une couverture autoroutière ne serait judicieuse que pour 38 des 98 tronçons analysés en Suisse. Aucun tronçon fribourgeois n'a été retenu. Celui de Chamblioux était bien classé au niveau technique (4e sur 98), mais était jugé peu rentable à cause du faible niveau des loyers sur le marché local. (ats)

Ton opinion