Suisse: Prolongation du congé maternité exigée
Actualisé

SuisseProlongation du congé maternité exigée

Une mère ne devrait pas être pénalisée financièrement en cas de naissance problématique, selon le Parlement.

Keystone/Archives/Photo d'illustration

Les revenus d'une mère dont le nouveau-né doit rester plus de trois semaines à l'hôpital doivent être garantis. Le National a adopté mercredi par 113 voix contre 67 une motion du Conseil des Etats en faveur d'une prolongation du congé-maternité.

L'hospitalisation prolongée d'un nourrisson immédiatement après l'accouchement pose actuellement problème. La mère qui demande le report du versement de son allocation de maternité risque de se trouver sans revenu en attendant de les toucher à la sortie de l'hôpital alors qu'elle n'a pas le droit de travailler durant huit semaines.

Déposée par la commission de la sécurité sociale du Conseil des Etats, la motion reprend la piste privilégiée par le Conseil fédéral dans sa réponse à des postulats. Le revenu durant l'hospitalisation du nouveau-né devrait être assuré par le régime des allocations pour perte de gain (APG). La durée du versement de l'allocation de maternité serait alors prolongée d'au moins 21 jours et pourrait être limitée à une durée maximale.

Coûts très limités

Selon le Conseil fédéral, les coûts seraient très limités et tout à fait acceptables, a défendu le ministre de la sécurité sociale Alain Berset. Une indemnisation de 21 indemnités journalières coûterait environ 2,8 millions de francs par an. On passerait à 4,6 millions avec 45 indemnités et à 4,95 millions avec 56 indemnités.

Néanmoins, plus la protection sera longue, plus il sera difficile de contrôler que la mère ne travaille pas durant toute la période de report et du congé maternité, surtout en cas d'activité indépendante. Il faudra aussi prévoir une protection pour une catégorie restreinte de mères et introduire des congés de durées inégales suivant que l'enfant a été hospitalisé ou non.

L'autre option qui avait été explorée par le gouvernement serait de régler explicitement le versement du salaire dans le code des obligations. Mais ce serait un peu plus cher vu qu'il ne s'agit pas seulement de garantir 80% du revenu comme avec les APG. Les coûts iraient en outre uniquement à la charge de l'employeur.

Une minorité UDC-PLR s'est opposée au texte qu'elle a jugé superflu. Selon elle, il appartient aux mères de gérer individuellement un éventuel report du droit à l'allocation et il ne faut pas étendre les prestations de l'Etat. Une loi n'est pas là pour couvrir chaque cas individuel ou cas de rigueur, a argumenté Verena Herzog (UDC/TG). La Chambre des cantons avait adopté la motion à l'unanimité. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion