Suivez-nous en balade! - Promenade dans le Nord vaudois, au fil des chutes d’eau
Publié

Suivez-nous en balade!Promenade dans le Nord vaudois, au fil des chutes d’eau

En cette période estivale, «20 minutes» vous emmène en balade entre Romainmôtier et La Sarraz (VD), à la découverte de la cascade du Dard et de la Tine de Conflens.

par
Lauren von Beust

Si l’on espère tous un été indien, mieux vaut profiter encore des jours de beau tant qu’il en est encore temps. Cette nouvelle balade estivale débute à Romainmôtier, village médiéval situé dans le Nord vaudois, et plus précisément au pied de son abbatiale, construite par des moines français au début du Xe siècle. Il s’agit du plus ancien bâtiment roman de Suisse, bâti sur les ruines d’un monastère. L’eau servira de guide tout au long de ce parcours, rythmé par des cascades.

Au pied du monument religieux, le sentier pédestre s’offre à nous. C’est d’abord grâce au Nozon – rivière qui prend sa source à Vaulion – que l’on découvre Croy et ses lavoirs, datés du XVIIIe siècle et rénovés dans les années 1990. «La commune tient à préserver ces témoins du passé, confiait récemment le syndic de la commune, Thierry Candaux. De plus, ils sont liés au sobriquet des habitants du village, les Buya-tsa, autrement dit les «bouilleurs de chat». Un chat aurait fini bouilli dans la cuite du linge lors des grandes lessives.» Charmant! De notre côté, on privilégiera les espaces plus rafraichissants pour la suite de la balade, c’est promis!

Si plusieurs parkings sont à disposition des marcheurs à Romainmôtier, les trains, eux, n’y font pas halte. On peut évidemment s’y rendre en voiture, mais les adeptes des transports publics débuteront certainement la balade à Croy. La gare se trouve à une dizaine de minutes de la cascade du Dard.

Passer entre les gouttes

Le cours d’eau nous plonge ensuite dans les gorges du Nozon, où la forêt laisse rapidement apparaître une chute d’eau de 19 mètres de haut: la cascade du Dard. Certains diront qu’au pied de celle-ci, on pourrait se croire en forêt tropicale. «Au début du siècle dernier, la compagnie d’électricité avait le projet de la canaliser et de turbiner», ajoute le syndic de Croy. De nos jours, le lieu ne manque en tout cas pas d’énergie. La baignade glaciale revigore, à en croire les quelques courageux qui s’y aventurent. L’endroit est très prisé l’été, mais idéal pour marquer une petite pause.

Depuis là, plusieurs chemins mènent à la Tine de Conflens située, elle, entre les communes de Chevilly, La Sarraz et Ferreyres. En continuant de s’enfoncer dans la forêt, on peut déboucher sur ces deux derniers villages, qui mèneront à ce que l’on appelle, en patois vaudois, la «chute des confluents». Il s’agit de la jonction entre les rivières de la Venoge et du Veyron, qui se produit dans un cirque rocheux.

Travaux en cours

Des travaux sont en cours sur la route de la Tine à Ferreyres et devraient durer jusqu’au 24 septembre. Les promeneurs ne sont pour l’instant plus autorisés à marcher le long de cette route cantonale. Il leur est donc conseillé de passer par La Sarraz pour rejoindre la Tine de Conflens, en suivant le chemin pédestre depuis le terrain de foot.

Si les paysages en valent le coup d’œil, les chemins pour accéder aux chutes d’eau peuvent être glissants. La prudence est requise, et il est vivement déconseillé de s’y rendre les lendemains de pluie. La balade dure un peu plus de 2h, selon l’itinéraire choisi.

Retrouvez toutes nos idées de balades par ici.

Ton opinion

1 commentaire