10.07.2020 à 06:12

Gals (BE)

Promenade quasi fatale à cause d’un antilimaces vicieux

Trois chiens ont frôlé la mort près d’un champ traité contre les mollusques: le produit utilisé serait également au goût des animaux domestiques.

de
Francesco Brienza

Les chiens ont été admis dans un état grave chez un vétérinaire à Neuchâtel. Attention, ces images peuvent heurter certaines sensibilités.

DR

La sortie de samedi dernier a failli être la dernière pour Mara et Mokka, femelles bull terrier et braque de Weimar âgées de 4 ans. Charlotte, leur propriétaire, avait choisi un spot fréquenté chaque jour par des dizaines de promeneurs, laisse en main, près du canal de la Thielle, à Gals (BE). Mal lui en a pris. «Un amas de granulés bleus était laissé à l’abandon à moins de 2 mètres du chemin», se souvient-elle. Il s’agissait d’un antilimaces au métaldéhyde. Un composant légal, redoutable contre les mollusques qui anéantissent les cultures, mais qui joue aussi parfois des tours aux animaux domestiques.

Mara et Mokka ont été admises aux urgences vétérinaires dans un état grave, avec des tremblements et une perte de la vision. Un troisième chien a été soigné dans la capitale, confirme la police cantonale bernoise, qui a mené des clarifications avant de fermer le dossier, faute d’infraction pénale. Si les bêtes s’en sont sorties sans séquelles, d’autres n’ont pas eu cette chance. «Selon la dose ingérée, l’animal peut faire un choc circulatoire et mourir dans les 24 heures, explique Marie Müller, vétérinaire spécialisée dans la médecine des petits animaux. Heureusement, ces cas sont rares. Le plus souvent, les craintes d’intoxication sont infondées.»

Mokka (debout) et Mara, 4 ans, ont beaucoup souffert, mais s’en tirent finalement sans séquelles.

Mokka (debout) et Mara, 4 ans, ont beaucoup souffert, mais s’en tirent finalement sans séquelles.

DR

L’organisme spécialisé dans les intoxications Tox Info Suisse a toutefois déjà enregistré «des intoxications graves et fatales» au métaldéhyde chez les chiens. Car ces appâts auraient tendance à être attirants pour nos amis à quatre pattes, qui en mangent en «quantité importante». Une alternative existe avec le phosphate de fer, qui est bio, mais qui est plus cher et moins résistant à la pluie. Le hic, c’est que les deux produits sont difficiles à différencier. «La meilleure forme de prévention reste donc de garder son chien en laisse près des champs et d’être attentif à ce qu’il va lécher», conclut Marie Müller.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
215 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Frau suisse Allemande...

11.07.2020 à 07:34

oui bin qu il promène leur chien chez eux.et ils n ont rien foutre dans une plantation de fraise......pour finir.....c est une vraie touriste du vélo et chien qui viennent et se gare partout......

Melany

11.07.2020 à 07:33

Ils me font bien rire ceux qui écrivent ici des trucs de ce style : < ils ne les laisseraient pas chier, pisser dans un champ de fraises>... L'échinococcose est transmise à l'homme entre autre par les renards qui eux n'ont aucun soucis pour se soulager dans les champs :D (pas de laisse, pas d'éducation etc.) En fait, les gens qui n'aiment pas les chiens utilisent de tels prétextes pour se défouler, c'est consternant !

Chanel

10.07.2020 à 10:08

Autre commentaire, les animaux sauvages? Les faons, les hérissons etc, ça se passe comment???