Actualisé

VaudPromouvoir et valoriser la production locale

Vaud a réussi à tirer son épingle du jeu dans la politique agricole 2014-2017 de la Confédération. Mais le canton ne souhaite pas être dépendant des financements fédéraux: dès 2015, il va mettre en place de nouvelles mesures.

Cette nouvelle politique cantonale se veut incitative et devrait générer quelque 100 millions de francs d'investissements privés entre 2015 et 2019, a expliqué mercredi devant la presse le conseiller d'Etat Philippe Leuba. Cet appui prendra la forme de soutiens à la promotion de produits et à l'accompagnement de projets ainsi que d'aides aux investissements.

Quatre filières

Quatre filières ont été retenues: le lait de centrale qui pourrait être valorisé en le produisant à l'aide de fourrages locaux uniquement, la filière porcine avec l'objectif d'une AOP pour le saucisson vaudois, la filière fruitière qui devrait produire plus de poires et de cerises et, enfin, la restauration collective.

Les entités sous l'égide de l'Etat, comme les écoles, les hôpitaux, les EMS ou encore les prisons, seront encouragées à privilégier la production locale. «Ces quatre secteurs sont ceux qui sont susceptibles de dégager la création de valeur ajoutée la plus importante», a expliqué le chef du Département de l'économie.

«Nous voulons une réelle différenciation du produit, dès la sortie de l'exploitation. Il faut ramener de la valeur ajoutée chez le producteur. On y arrive avec l'Etivaz qui est une belle réussite pour le Pays d'Enhaut», a dit Yves Pellaux, président de Prométerre.

Stopper une érosion

Chaque année, la valeur de la production agricole régresse, a constaté Luc Thomas, directeur de Prométerre. Pour stopper cette érosion, des mesures sont nécessaires. «L'Etat met à disposition des instruments qui favoriseront cette évolution. Mais c'est aux agriculteurs et aux filières de prendre l'initiative».

«On veut donner un avenir à notre secteur primaire», a ajouté Philippe Leuba qui rappelle que le canton compte quelque 3500 exploitations agricoles. «On y croit. On a tout pour bien faire».

Financements fédéraux

Le canton se réjouit d'avoir bien préparé l'agriculture vaudoise aux défis de la politique agricole 2014-2017, même si la branche était réticente au départ. «Nous avons réussi à maximiser les recettes fédérales, qui ont augmenté de 18 millions de francs par an», s'est réjoui M. Leuba, qui rappelle que cette manne allouée par la Confédération va baisser dans de nombreux cantons. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!