Actualisé 22.10.2018 à 16:51

GenèvePropos de Calmy-Rey détournés par l'UDC

Un récent tract de l'UDC, distribué dans les boîtes aux lettres en vue du scrutin sur l'initiative sur l'autodétermination, fâche le PS.

de
leo
Les socialistes dénoncent l'utilisation d'une phrase de Micheline Calmy-Rey.

Les socialistes dénoncent l'utilisation d'une phrase de Micheline Calmy-Rey.

PS Genève

Le Parti socialiste genevois déplore lundi le contenu d'un tout-ménage de l'UDC à propos de la votation du 25 novembre sur les juges étrangers. Selon le PS, le tract présente une déclaration de Micheline Calmy-Rey utilisée «sans son accord et sortie de son contexte» et qui soutiendrait ainsi l'initiative de l'UDC.

«Si la Suisse reprenait les conditions de travail et de salaire de l'UE par le biais d'un accord-cadre, ce serait dangereux pour la protection de nos salariés. Le droit suisse protège mieux que le droit européen. Je suis absolument opposée à ce que le droit européen règle toutes les relations entre la Suisse et l'UE», dit la citation sur le dépliant.

«Pub mensongère»

Au contraire, fustigeant une «pub mensongère», l'ancienne présidente de la Confédération rappelle son opposition à l'initiative de l'UDC, qui «va à l'encontre des accords bilatéraux entre la Suisse et l'Union européenne» et qui «ne renforce pas la démocratie ni la souveraineté de l'action politique».

Le Parti socialiste dit regretter que l'UDC «s'abaisse à faire de la désinformation dans le seul but d'induire les électeurs en erreur». Les Socialistes appellent le parti agrarien à «prendre ses responsabilités et à stopper ces usages indignes et malhonnêtes».

UDC: initiative contre les juges étrangers

Les initiateurs ont présenté leurs arguments et ont également commenté les contre-arguments des milieux économiques et des organisations de défense des droits de l’homme.

L'initiative sur les juges étrangers affaiblirait la Suisse

L’initiative populaire sur les juges étrangers compromet le modèle helvétique et affaiblit la position de la Suisse dans le monde, selon le Conseil fédéral. Simonetta Sommaruga et Johann Schneider-Ammann ont lancé mardi la campagne contre le texte de l’UDC.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!