Congrès des socialistes vaudois: Proposition d'un plan de relance cantonal à 350 millions
Actualisé

Congrès des socialistes vaudoisProposition d'un plan de relance cantonal à 350 millions

Les socialistes vaudois préconisent un plan de relance cantonal pour contrer le ralentissement économique.

Réunis samedi en congrès à Chavannes-près-Renens, ils ont soutenu des propositions pour un total de 320 à 350 millions de francs.

Pour produire les effets escomptés, le plan de relance doit au moins atteindre 1 % du PIB cantonal, précise le Parti socialiste vaudois (PSV) dans un communiqué. Les propositions se focalisent sur quatre volets: l'investissement, le social et la formation, l'aide aux entreprises et les finances de l'Etat.

Sur ce dernier point, les socialistes souhaitent que le frein à l'endettement soit suspendu durant la crise. Ils demandent que le bénéfice 2008 de l'Etat et les apports supplémentaires de la BCV soient versés dans un fonds de crise. Les investissements utiles dans le domaine des transports publics, de la réorientation énergétique ou en matière de logement doivent être anticipés.

Le PSV recommande aussi la création d'emplois subventionnés, l'appui à la reconversion professionnelle et l'augmentation des minima sociaux. L'accès au crédit doit être facilité pour les entreprises, par exemple par une garantie de l'Etat pour le crédit commercial à court terme.

Levrat sur la crise

Devant la centaine de délégués présents, le président du Parti socialiste suisse Christian Levrat a appelé de ses voeux une réorientation sociale et écologique de l'économie. Le conseiller national préconise l'établissement rapide d'un troisième volet du programme conjoncturel national.

Le Fribourgeois s'est inquiété du manque de volonté politique d'établir des priorités et des changements structurels au sein de la société. «Je soupçonne que le Conseil fédéral veut en faire le moins possible pour prouver que les programmes conjoncturels sont inefficaces.»

Le congrès a adopté ses recommandations de vote pour les votations fédérales du 17 mai. Il soutient le contre-projet en faveur des médecines complémentaires et refuse les passeports biométriques.

(ats)

Ton opinion