France: Prothèses orthopédiques non conformes retirées
Actualisé

FranceProthèses orthopédiques non conformes retirées

L'entreprise Ceravr s'est vue demandée de retirer du marché des prothèses considérées comme non-conformes. Cette affaire survient en plein procès sur les prothèses PIP.

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a demandé le "retrait" du marché de prothèses orthopédiques non conformes de la société Ceraver.

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a demandé le "retrait" du marché de prothèses orthopédiques non conformes de la société Ceraver.

Paris (ats reuters afp) Le ministère français de la Santé a ordonné jeudi l'ouverture d'une enquête après des révélations sur la commercialisation de prothèses de hanche non homologuées. Selon les autorités, ces prothèses ne présentent a priori pas de risque sanitaire.

«Il s'agit d'une non-conformité administrative», a expliqué jeudi le directeur-général adjoint de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), François Hébert. L'agence a d'ores et déjà demandé aux chirurgiens orthopédiques ayant implanté ces prothèses de revoir leurs patients pour faire un bilan clinique et radiologique.

«A ce jour, nous n'avons aucun élément nous permettant de dire qu'il y a un risque pour la santé», a de son côté assuré la ministre de la Santé Marisol Touraine, précisant qu'il n'était pas question pour l'instant de demander «l'explantation» des prothèses déjà implantées.

Un millier de prothèses sous séquestre

Elle a toutefois réclamé le «retrait» du marché des prothèses incriminées et l'ouverture d'une enquête «sur les causes de ces dysfonctionnements, les responsables en cas de fraude avérée et les mesures à prendre afin d'éviter tout risque sanitaire».

L'ANSM a mis sous séquestre près d'un millier de ces prothèses non conformes, découvertes lors d'inspections «inopinées» effectuées début avril sur deux sites de la société Ceraver, le numéro deux français de la prothèse orthopédique. Trois procureurs ont été informés.

Révélée par «Le Parisien», l'affaire intervient alors qu'une vaste fraude aux implants mammaires de la société PIP, touchant plus de 6000 victimes, est actuellement jugée à Marseille. Selon le journal, ces prothèses ont été posées sur 650 patients dans une soixantaine d'hôpitaux entre 2009 et 2012.

Pas de vente à l'étranger

Les implantations de prothèses de hanche Ceraver n'ayant pas reçu la certification CE ont été réalisées dans une soixantaines d'hôpitaux français, mais «aucun incident» n'a été signalé jusqu'à présent à l'ANSM. Aucune prothèse n'aurait été vendue à l'étranger, selon l'agence.

Spécialiste des prothèses de hanche et du genou, la société Ceraver vend environ 5000 prothèses orthopédiques par an, selon l'ANSM. (ats/afp)

Ton opinion