Amphibiens - Prouesse au zoo de Zurich avec la reproduction d’une grenouille rare
Publié

AmphibiensProuesse au zoo de Zurich avec la reproduction d’une grenouille rare

Les responsables ont réussi à faire se reproduire naturellement la «grenouille arlequin», une espèce très menacée. Elle est connue comme une «mangeuse d’œufs».

La femelle grenouille arlequin nourrit les têtards avec des œufs non fécondés, jusqu’à ce qu’ils aient terminé leur métamorphose.

La femelle grenouille arlequin nourrit les têtards avec des œufs non fécondés, jusquà ce qu’ils aient terminé leur métamorphose.

Zoo de Zurich, Nicole Schnyder

Avec la construction dune nouvelle installation de reproduction en arrière-plan, le zoo de Zurich a réussi une grande première en ce qui concerne les amphibiens. Il a réussi à élever naturellement la grenouille arlequin. Alors que nos espèces indigènes pondent généralement de nombreux œufs et acceptent une perte importante due aux prédateurs, explique le parc zurichois, «les grenouilles arlequins ont une stratégie différente. Elles ne pondent que quelques œufs, mais en prennent bien soin».

Laccouplement et la ponte de cette espèce ont généralement lieu sur une feuille de broméliacées. Puis, «le mâle y garde les œufs et les humidifie». Après environ deux semaines, les jeunes éclosent. Dès la sortie des têtards, les parents les transportent individuellement sur leur dos, vers de petits points deau, souvent dans des étangs de broméliacées. Dans ces petits trous deau pauvres en nutriments, «les têtards sont mieux protégés des prédateurs», précise le zoo.

Nourris avec des œufs non fécondés

Dautre part, ils ont moins ou pas de nourriture disponible. Cest là que le comportement reproducteur de la femelle entre en jeu. «Elle nourrit les têtards avec des œufs non fécondés, jusquà ce qu’ils aient terminé leur métamorphose», décrit le zoo zurichois. Cette alimentation a conduit au nom de genre latin Oophaga, les «mangeurs dœufs».

Le zoo de Zurich détient des grenouilles arlequins depuis 2000, et a reçu, en 2013, trois femelles issues dune confiscation. Plus tard, un mâle provenant dune exploitation privée a été ajouté.

Espèce menacée

Pendant longtemps, les gardiens ont pu observer les arlequins pondre leurs œufs. Par la suite, cependant, «les grenouilles nont jamais porté les têtards jusquau point deau».

En collaboration avec le zoo de Cali, en Colombie, qui a de lexpérience dans lélevage de grenouilles, et grâce à la richesse de lexpérience de plusieurs employés du zoo, le parc animalier zurichois a pu installer ses terrariums si près de la nature quune couvée naturelle réussie a été obtenue.

Défrichement et produits chimiques dangereux

C’est que la grenouille arlequin est considérée comme une espèce très menacée et ne se trouve que dans une petite zone de distribution, en Colombie. Elle na été décrite comme une espèce distincte quen 2018. Outre le zoo de Zurich, seul celui de Cali en conserve encore.

Enfin, le principal problème de ces grenouilles est le commerce international illégal danimaux de compagnie, les arlequins étant très populaires auprès des particuliers. En outre, lhomme défriche de plus en plus de forêts pour en faire des terres agricoles. Et lutilisation intensive de produits chimiques dans lagriculture menace également lespèce.

(COMM / FTR)

Ton opinion

7 commentaires